Archives de Catégorie: Kids

Timelapse de Nadia Richard

Par défaut

Nadia Richard, Timelapse, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, Paris, 2017

TimelapseJ’ai pour habitude de toujours trouver des points positifs sur chacun des romans que je lis, même si je n’adhère pas complètement à l’histoire. Après tout, certains romans, s’ils ne me plaisent pas ou peu, si les héros, l’histoire ou le style ne m’ont pas convaincue, peuvent plaire à d’autres. Et j’arrive toujours à y voir des choses intéressantes. J’avoue que pour ce roman, ce sera malheureusement plus compliqué. Et c’est un « malheureusement » sincère, le pitch m’ayant enthousiasmée, aimant lire ce genre de romans young adult de temps en temps. Dommage.

Aujourd’hui, Sam, étudiante à l’université, fête ses 18 ans. Alors qu’elle se prépare rapidement à aller au restaurant avec sa famille, le temps s’arrête. Elle se retrouve coincée dans un monde fait de poupées de cire stoppées en plein mouvement. Elle semble être la seule à être épargnée. L’incompréhension fait place à la peur. Que va-t-il se passer maintenant ? Le temps va-t-il repartir ? Va-t-elle devoir continuer seule dans ce monde devenu sans intérêt ? Mais sans savoir comment, le temps reprend ses droits et repart pile à l’instant où il s’était arrêté. Sam pense pouvoir laisser ça derrière elle, mais elle se rend rapidement compte qu’elle est la cause de cet étrange phénomène. Tout se complique quand un nouveau venu, charmant de surcroit, s’installe à côté de chez elle et fréquente son université. Or, Matthias ne semble pas touché par son pouvoir, voire lui aussi en posséder un. Mais le plus étrange peut-être est le comportement d’un de ses professeurs, M. Delatour, qui commence à s’intéresser à elle. Que se passe-t-il ? Que lui arrive-t-il ? Pourquoi elle ? Et qui est vraiment M. Delatour ? Pourquoi, alors qu’elle aurait connu Matthias étant enfant, n’en a-t-elle aucun souvenir ?

Le résumé était donc assez prometteur, offrant un mystère, plein d’énigmes à creuser, des personnages assez intéressants, et un univers avec une pointe de surnaturel qui avait su marquer mon intérêt. Or, le tout est malheureusement sans relief, d’une platitude exaspérante. Et sans aucune crédibilité.

Je suis très dure avec ce roman et je n’aime pas ça. Il est vrai qu’une fois embarquée dans l’histoire, elle se lit. On veut savoir ce qu’il va se passer, ce que l’auteur nous a concocté. C’est le genre de roman qui se lit bien malgré tout, surtout en vacances. Ca détend. Mais on se rend bien compte que quelque chose cloche : l’université où se rend chaque jour Sam n’est pas crédible, mêmes cours tous les jours aux mêmes horaires, on se pense plus dans un lycée que sur un campus ; l’histoire surnaturelle qui sous-tend le tout, si elle peut paraître intéressante de prime abord, devient vite sans queue ni tête. La fin tombe comme un cheveu sur la soupe, et si on comprend le rôle de ces pouvoirs de contrôle du temps, si on comprend les motivations du professeur de Sam, le tout est mal agencé et bien peu crédible.

Il n’en reste pas moins que le personnage de Sam est attachant, sa relation avec Matthias l’est également, et on se prend à détester les midinettes écervelées qui gravitent autour de Matthias. Je dois avouer que le mystère qui plane à un certain moment sur Matthias est assez prenant, mais j’ai été finalement assez déçue de la révélation : ajouter du surnaturel sur une histoire autour du contrôle du temps ne fait que complexifier une intrigue qui n’avait pas besoin de l’être. Cela ne fait qu’ajouter du surnaturel à une histoire dont l’intrigue principale aurait méritée d’être plus travaillée. Parce que finalement, c’est bien la romance, les réactions de Matthias et celles des jeunes filles qui gravitent autour de lui qui prennent le pas sur le reste. Et ce professeur, qui a clairement quelque chose à cacher, vous l’aurez compris, développe une stratégie pour atteindre Sam à la limite du harcèlement et du détournement de mineur.

Si nous revenons rapidement sur la fin, je dirais juste que je cherche encore à la comprendre. Aurais-je manqué quelque chose ? Je me le demande ! Ce que je peux simplement dire, c’est qu’en fermant le livre, je me suis demandée : tout ça pour ça ? Ou il manque un chapitre pour nous éclairer, ou il aurait fallu trouver une autre fin. Quelque part, on a l’impression que l’auteur ne savait pas bien où elle allait elle-même et qu’elle n’avait pas vraiment construit son intrigue.

Restons-en là, vous aurez compris que je n’ai pas été convaincue du tout par ce roman. Si il se laisse lire, il ne me laissera pas un grand souvenir. Dommage.

Ma note : 2/5

Alfie Bloom et le voleur de talisman de Gabrielle Kent

Par défaut

Gabrielle Kent, Alfie Bloom et le voleur de talisman, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2016

ATTENTION SPOILERS SUR LE TOME 1 ! SI VOUS DECOUVREZ LA SÉRIE ALFIE BLOOM, RÉFÉREZ-VOUS À MA CHRONIQUE DU PREMIER TOME ICI.

AlfieBloomFRT2.inddVoici un roman pour enfants que j’attendais de pied ferme ! Ayant adoré le premier tome des aventures magiques d’Alfie Bloom, je ne pouvais que me précipiter sur ses nouvelles péripéties. Et grand bien m’en a pris ! Gabrielle Kent poursuit les aventures de son jeune héros, et nous régale de magie, de mystères, avec des personnages plein de courage, et reprend donc les ingrédients du premier tome, pour ma plus grande joie !

Voilà quelques mois qu’ont eu lieu les péripéties racontées dans le premier tome. Alfie profite des vacances dans son château d’Hexbridge, en compagnie de son amie Amy et de ses cousins Robin et Maddie. Mais les cauchemars l’assaillent depuis qu’il a intégré la magie de transformation de ses deux anciennes directrices maléfiques. Seules les sorties nocturnes sur le dos d’Artan, sa peau d’ours magique, le calment un peu. Lorsqu’il rentre d’une de ces escapades, il voit une drôle de lumière bleue émaner d’un arbre devant le château, et Ashford, le majordome et son ami, près de l’arbre. Intrigué, il rentre au château pour assister ensuite à l’enlèvement d’Ashford par de drôles de créatures qui ne sont rien d’autre que des fées qui souhaitent récupérer une lentille magique qui leur a été dérobée par Ashford. Or, cette lentille, c’est Alfie qui la détient, puisqu’elle est l’ornement principal de son talisman qui l’aide à contrôler la magie qu’on a mis en lui ! Commence alors pour Alfie une étrange aventure, où le danger est partout et où il est difficile de savoir à qui se fier…

Quelles aventures ! Et quel plaisir de retrouver Alfie, ses amis, son château et cette magie qui imprègne chaque mot de cette fantastique histoire ! Le deuxième tome est à la hauteur du premier, et promet de magnifiques prochains tomes. L’auteur nous entraîne dans son univers avec une facilité déconcertante, et propose un roman pour enfant qui saura enchanter les plus jeunes comme les plus vieux, en quête de magie et d’une lecture plaisante et facile.

L’auteur utilise tous les éléments qu’elle avait introduit dans son premier tome et réussit à lier les deux intrigues. Plus qu’un roman d’aventure et de magie, elle interroge aussi sur l’enfance, la recherche de soi et de son identité au tout début de l’adolescence. Parce qu’Alfie doit faire face à bon nombre de changements et de modifications de sa personnalité. D’abord, il doit faire face à la magie qui sommeille en lui et doit commencer à la maîtriser. Mais en plus, le voilà affublé d’une magie puissante depuis qu’il a terrassé ses anciennes directrices maléfiques qui étaient en réalité des dragons, une magie de transformation pernicieuse, qui a tendance à ne pas se laisser contrôler et à prendre vie seule. Or, il n’en a jamais voulu ! Comme les sautes d’humeur des adolescents, difficilement contrôlables… L’auteur parvient donc à parler d’autres choses que de magie, derrière ce voile qui lui permet plus de liberté. Enfin, bien entendu, ce n’est que mon ressenti !

L’aventure en elle-même qui nous est proposée dans ce tome est pleine de rebondissements inattendus, et nous happe complètement dès les premières pages. Il faut dire que l’enlèvement d’Ashford se produit dès le premier chapitre… Et c’est très bien vu, puisque l’enfant qui lira le roman sera de suite plongé dans l’histoire. Le reste s’enchaîne tout seul, on lit, on dévore jusqu’à la dernière page. L’auteur ajoute à chaque roman de nouveaux personnages de ce monde fantastiques, à savoir les fées ici, et étoffe le vécu des personnages, notamment d’Ashford pour ce tome. Alfie va apprendre de nombreuses choses sur son mystérieux majordome, ce qui promet de prochains tomes qui devraient enrichir encore la trame narrative.

L’auteur propose à nouveau un roman bien écrit et bien ficelé, adapté au lectorat visé. Aucune fausse note, de nombreuses révélations, une intrigue qui saura captiver un large public, Gabrielle Kent réussit le pari de créer un univers particulièrement intéressant. Comme pour le premier tome, elle intègre le communauté villageoise à son histoire, et dévoile un folklore local lui aussi plein de mystères qui est à l’image de ce château enchanteur qui a toujours surplombé le village.

Un roman riche, bien écrit, magique, au héros attachant et au château mystérieux. Merci Gabrielle Kent pour vos romans qui nous enchantent de la première à la dernière ligne, qui nous plongent dans un univers enfantin, bourré de magie et de mystère, et qui régalent l’enfant qui sommeille en nous !

Ma note : 5/5

Les Prodiges de Jeremy Scott

Par défaut

Jeremy Scott, Les Prodiges, Michel Lafon, Paris, 2016

les prodigesVoici un roman pour enfants sur des superhéros pas comme les autres ! S’il ne m’a pas totalement convaincue, j’ai quand même passé un très bon moment auprès de Phillip et de ses amis !

Phillip vient de déménager à Freepoint, une ville qui semble bien normale de prime abord. Jusqu’au moment où son père décide d’avoir « la » conversation sérieuse avec son fils. Mais ce n’est pas celle à laquelle pensait Phillip… Il apprend dès lors que certaines personnes ont des pouvoirs particuliers et qu’elles aident à combattre le crime, dans un total anonymat. Et qu’il en fait partie. Ce n’est donc pas pour rien qu’ils ont atterri à Freepoint : c’est une ville presqu’entièrement habitée par des personnes aux capacités extraordinaires. Phillip a l’âge où ses pouvoirs vont se révéler, et va donc étudier avec des jeunes qui sont comme lui. Sauf que cette révélation, si elle est dure à avaler, l’est d’autant plus qu’il est aveugle… Et doté du pouvoir de télékinésie, qui lui permet de déplacer des objets à distance ! Sans la vue, ce n’est pas une mince affaire… Mais qu’à cela ne tienne : il se découvre des amis aussi handicapés que lui, avec qui il va former une équipe de choc pour montrer au monde que, eux aussi, ils peuvent être des héros ! Mais c’est bien sûr sans compter la menace que connaît le monde des gardiens, et qui semble tout particulièrement se diriger contre Phillip…

Des superhéros handicapés, voilà qui est original ! Et c’est bien le gros point fort du roman, parce qu’il montre que ce n’est pas le handicap qui détermine une personne. Alors oui, cette personne devra se battre bien plus que d’autre pour un résultat similaire, mais Phillip, Henry, Bentley, James et les autres nous montrent que c’est possible ! L’auteur revisite le monde des superhéros de manière originale, en créant un monde cohérent aux personnages attachants, forts et humains, peuplé également de personnes peu scrupuleuses, où la soif de pouvoir prend une toute autre signification.

L’auteur, en utilisant la première personne, nous attache au personnage de Phillip, et réussit à nous rendre aveugle comme lui. Sans les subterfuges qu’il va réussir à mettre en place avec ses amis, nous lirions ce roman dans le noir. C’est très bien pensé et nous permet d’autant plus de partager les sensations du héros et de nous attacher à lui. Si j’ai compris très vite un des mystères entourant le grand méchant qui s’en prend à Phillip, ce qui m’a un peu déçue je l’avoue, je n’en ai pas moins apprécié ma lecture. Le suspens nous tient jusque dans les dernières pages, et je n’aurai pu me douter de la révélation finale.

Si Jeremy Scott parvient à rendre son monde probable, c’est qu’il a créé une mythologie et une Histoire, qui sert les aventures qui nous sont contées. La fin nous laisse penser que le groupe d’amis qui se fait appelé les Prodiges va vivre encore bon nombre d’aventures surnaturelles, et que nous allons en apprendre encore beaucoup sur le monde des gardiens.

Si je n’ai pas été complètement séduite par ce roman, c’est que je lui ai trouvé un certain nombre de longueurs. Et pour être honnête, l’absence de personnages féminins dans le groupe de Phillip n’y est sûrement pas pour rien… C’est une impression globale, quelque chose m’a manquée. J’espère que tout ceci est dû au fait qu’il s’agisse d’un premier tome, et que la suite sera plus enlevée.

Nous découvrons dans ce roman destiné aux enfants des héros intelligents, qui réfléchissent et utilisent les technologies pour servir leurs plans, qui ne peuvent utiliser la force brute du fait de leurs handicaps et de leurs pouvoirs particuliers, ce qui est très appréciable ! Ce roman propose une thématique originale, je le recommande donc à tous les enfants de plus de 11 ans en quête d’aventures !

Ma note : 4/5

Dreamology de Lucy Keating

Par défaut

Lucy Keating, Dreamology, Michel Lafon, Paris, 2015

dreamologyDreamology est un roman young adult à l’idée de départ originale, une lecture agréable qui change les idées, une lecture fraîche qui fait du bien et aère l’esprit.

Alice vit seule avec son père. Ca fait longtemps que sa mère les a laissés pour mener ses recherches à Madagascar. Mais elle ne l’a jamais trop mal vécu, vivant une histoire d’amour merveilleuse dans ses rêves, retrouvant nuit après nuit Max, avec qui elle voyage et vit des aventures incroyables, bien plus palpitantes que ce que lui réserve sa vie. Le jour de son déménagement à Boston, si elle est contrariée de laisser derrière elle sa meilleure amie, elle n’est pas trop chamboulée, sachant qu’elle retrouvera chaque nuit Max. Mais lors de son premier jour de classe, elle croise Max dans son cours… Trait pour trait identique au Max qu’elle croise dans ses rêves, répondant au même prénom, elle sait que ce ne peut être que lui. Mais ce dernier, après un bref malaise de quelques secondes, fait comme s’il ne la connaissait pas. Qu’en est-il vraiment ? Alice est-elle folle ? Ou le garçon de ses rêves est-il réel ? Et si tout cela remontait à son enfance ?

L’idée de départ est plutôt chouette et originale, ce qui m’a plutôt plu et incité à lire ce roman. L’histoire coule toute seule et se lit très rapidement, le roman est plutôt bien écrit et nous offre, sans prétention, ce qu’il promet : une petite romance adolescente, une histoire un peu contrariée, sur un fond un peu magique, un chouette moment de détente. J’ai apprécié cette lecture, entre deux lectures plus complexes, qui m’a permis de m’évader facilement. Et que ça fait de bien de lire ce genre de roman de temps en temps !

Pour les petits « moins », j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Alice, personnage assez immature et naïf. Je n’ai pas compris sa réaction dans les dernières pages, j’ai eu l’impression que l’auteur contrariait l’histoire pour permettre un dernier rebondissement – soyons honnêtes, ça ne nous a pas empêché de nous douter de la fin – avant le dénouement final, afin de complexifier une histoire qui n’avait pas besoin de l’être. Encore une fois, on trouve dans cette histoire des adolescents qui réfléchissent bien trop aux conséquences de leurs actes pour leur âge, comme dans la majorité des romans pour jeunes adultes, ce que je trouve un peu dommage… Peut-être que le roman manquerait un peu de « profondeur » autrement. Et les réactions des adultes sont plutôt étonnantes et insouciantes. Ces adolescents peuvent faire à peu près ce qu’ils veulent sans qu’aucun adulte référent ne se mette jamais en travers de leur route.

Finalement, on reste donc dans les schémas de ce type de romans, et c’est bien ce qu’on y cherche quand on les ouvre, avouons-le. Et Dreamology répond à nos attentes de légèreté et de romance facile, donc tout va bien ! J’ai lu des romans jeunes adultes plus sympas mais j’en ai lu des moins réussis, ce qui contribue pour moi à en faire une chouette découverte, un chouette moment de lecture qui fait du bien, une lecture qui ne me marquera pas mais qui m’aura déconnectée quelques heures de la réalité. Pari réussi !

Ma note : 4/5

Alfie Bloom et l’héritage du druide de Gabrielle Kent

Par défaut

Gabrielle Kent, Alfie Bloom et l’héritage du druide, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2015.

alfie bloomEn période de fin d’année, j’aime lire des livres un peu magiques, qui me ramènent en enfance et me font rêver, c’est pourquoi je n’ai pu résister à lire Alfie Bloom. Et j’en suis fort aise ! Ce roman pour enfant est plein de magie, de mystère et d’aventure, les ingrédients parfaits pour une recette enchantée !

Alfie Bloom est un garçon comme les autres, ou presque. Il va à l’école où il a peu d’amis, si ce n’est Amy, il s’y embête pas mal, et certains élèves le harcèlent quotidiennement. Bref, pas la joie, surtout depuis la disparition de sa mère. Son père doit enchaîner les boulots, en plus de sa passion d’inventeur qu’il assouvit dans leur petit appartement. Ce qui fait qu’en plus du reste, il le voit très peu. A la veille des vacances, de drôles de choses se produisent autour de lui : un corbeau l’observe par la fenêtre de sa classe, avant de se métamorphoser en homme, pour redevenir l’instant d’après un corbeau. Lors de la chamaillerie avec des camarades qui cherchent à l’embêter, il évite une voiture comme par magie, en ayant eu l’impression de changer d’époque ou de lieu. Et le plus incroyable : il reçoit une lettre l’informant qu’il a hérité. Mais de qui ? Il ne connaît personne qui est décédé dans sa famille ! Et son père non plus… Quelle surprise lorsqu’ils découvrent qu’Alfie vient d’hériter d’un château qu’il connaît bien, puisque situé à côté du village où vivent ses cousins ! Mais tout est bien mystérieux… Les détails de tout ceci ne lui sont pas communiqués. C’est quand même plein d’enthousiasme qu’il laisse sa vie derrière lui, étant persuadé que maintenant, il va pouvoir passer plus de temps avec son père, qui pourra se consacrer entièrement à ses inventions ! Mais l’aventure ne fait que commencer ! Le château est enchanté et cache de nombreux mystères, il apprend qu’il est le dépositaire d’une magie très ancienne, et les fermes avoisinantes subissent des pertes de bétail depuis des décennies sans que  personne n’ait jamais su le fin mot de l’histoire. Aidé de ses cousins, Maddie et Robin, Alfie va se lancer dans cette aventure et tenter de protéger le village.

Ce roman de moins de 300 pages remplit son rôle à la perfection : il entraîne son lecteur dans une série d’aventures avec délectation, en compagnie de personnages attachants, du haut de leurs 12 ans. Gabrielle Kent réussit à créer un monde imaginaire parfait pour les enfants qui y trouvent une intrigue simple, mais malgré tout très bien menée. Un lecteur adulte comprendra assez vite quelques éléments de l’intrigue, mais sera tout de même surpris par l’enchaînement des événements et les retournements de situation. Ce livre a tous les ingrédients pour plaire aux petits comme aux grands : un héro sympathique, aidés par ses deux compères plein de courage, des méchantes qu’on adore détester, une magie complexe qui présage de nombreuses autres aventures avant qu’Alfie ne la comprenne et ne la maîtrise, un château enchanteur, bourré de secrets et de magie, de pièces secrètes et d’un tapis en peau d’ours qui parle et vole. On trouve un peu de Harry Potter dans ce roman, mais l’auteur parvient à créer son univers propre, plus simple de prime abord que celui de Rowling, mais qui devrait nous surprendre dans les prochains tomes.

Pour appuyer le tout, l’écriture est simple, claire, concise, parfaite pour le public à qui l’auteur s’adresse, sans aucune fausse note. L’intrigue est rondement menée et ficelée.

Ce roman est donc extrêmement distrayant et m’a menée dans un monde enchanteur, plein de surprises et de joies enfantines. Parfait en périodes de fêtes, où la magie semble être partout, ce roman a conquis l’enfant qui est en moi ! Si vous aussi, vous avez besoin d’un peu de magie dans un monde assez sombre et un quotidien parfois pesant, vous trouverez votre compte avec ce roman pour petits et grands enfants !

Oubliez tout et venez découvrir un château pas comme les autres avec Alfie Bloom !

Ma note : 5/5

Broadway Limited T1 de Malika Ferdjoukh

Par défaut

Malika Ferdjoukh, Broadway Limited – Tome 1 Un dîner avec Cary Grant, Ecole des Loisirs, Médium, Paris, 2015

Broadway-Limited-tome-1-Un-dîner-avec-Cary-Grant-de-Malika-Ferdjoukh-chez-LEcole-des-loisirsUn coup de cœur absolu ! Broadway Limited est un roman magnifique qui nous emporte à la fin des années quarante, dans un New-York d’après guerre, auprès de nombreuses jeunes femmes, qui cachent chacune leurs secrets, mais qui rêvent toutes de percer dans le show-biz, et parmi lesquelles va se retrouver un jeune homme français qui va s’acclimater à cette ambiance loin des privations que connaît encore son pays d’origine. Un roman époustouflant, pour les jeunes et les moins jeunes.

Jocelyn est français. En France, il n’y a aucune ambiguïté : Jocelyn est un prénom masculin. Mais prononcé à l’anglaise… Et c’est bien cette différence de prononciation qui va amener Jocelyn à la pension Giboulée, juste après avoir traversé l’Océan Atlantique. Il espère y trouver une chambre dans laquelle se reposer… Sauf que la pension est réservée aux femmes ! La propriétaire, Mrs Merle, est formelle : aucun garçon ne peut louer de chambre dans sa pension. Sauf que Jocelyn a quelques atouts dans sa manche : un ingrédient caché dans sa valise qui va amadouer Mrs Merle, un petit mensonge inoffensif, et surtout des dons de pianistes… Les portes du petit studio en sous-sol lui sont ouvertes ! Et il va y découvrir un monde fascinant, par l’entremise des demoiselles de la pension : Chic, qui veut devenir actrice et court les auditions, Manhattan, excellente danseuse très mystérieuse, Hadley, danseuse ayant dansé avec Fred Astaire mais qui a mis tout au rebut, enchaînant plusieurs boulots pour subvenir aux besoins de son neveu qui vit avec elle depuis que sa sœur est tombée malade, mais aussi Dido, la jeune voisine qui milite contre les nouvelles mesures du FBI contre toute personne qui pourrait, de près ou de loin, avoir des liens avec le communisme… Les histoires personnelles de ces jeunes femmes sont profondes et foisonnantes, liés à l’amour, la famille, sur fond de début de guerre froide, et de problèmes financiers… Comment Jocelyn va vivre tout cela ? Que va-t-il lui même découvrir ?

Ce roman est une pure merveille, on est embarqué dans un tourbillon éblouissant, au milieu de tous ces personnages hauts en couleurs, des jeunes filles de la pension, aux hommes qui croisent leur route, en passant par les propriétaires, domestiques, et voisins… J’ai eu l’impression d’approcher au plus près l’ambiance de cette période, où la guerre n’est pas si loin, et une autre, contre le communisme et l’URSS, est en train de se faire entendre. Un temps où les jeunes gens commencent à nouveau à respirer et à vivre, malgré les privations et le manque d’argent. On y découvre un New-York merveilleux, sur fond de comédies musicales, où on rencontre Cary Grant et Woody Allen jeune.

Les personnages sont plus complexes qu’il n’y paraît, et ce premier tome, car il s’agit bien d’un premier tome, ne commence qu’à nous révéler certains secrets de ces demoiselles qui, si elles se rêvent en stars de Broadway ou en grandes actrices, cachent de nombreuses fêlures. J’ai été très touché par Hadley et Manhattan, qui se débattent avec leur passé et sont prêtes à tous les sacrifices pour le conjurer. Mais chacune d’elle est touchante, et Jocelyn également, encore si jeune, qui ne connaît rien à l’Amérique et ses traditions, qui se découvre une forme de liberté et tombe amoureux pour la première fois.

Il y a tout dans ce roman : un décor magnifique, des personnages lumineux et ensorcelants, des histoires personnelles passionnantes, sous fond de Grande Histoire, celle du début du maccarthysme qui va va entraîner l’Amérique dans une paranoïa accrue et une chasse aux sorcières.

C’est enlevé et frais, c’est enjoué et fiévreux, c’est un vrai coup de cœur, extrêmement bien écrit, qui donne envie de rencontrer Jocelyn et ses amies !

Ma note : 5/5

La tour Eiffel à New-York de Mymi Doinet et Mélanie Roubineau

Par défaut

Mymi Doinet, Mélanie Roubineau, La tour Eiffel à New-York, Nathan, Paris, 2015

la tour eiffel à new yorkCet album nous parle de la Tour Eiffel, monument embématique de Paris. Elle s’ennuie ferme et rêve de vacances… Quand un goéland lui transmet l’invitation de la statue de la Liberté de venir lui rendre visite ! La grande dame n’hésite pas et traverse l’océan pour rejoindre son amie, qui lui fait visiter la ville, voir le marathon de New-York, les théâtres de Broadway, un match de NBA et faire les boutiques. Puis il est temps de repartir ! Quelle sera sa prochaine destination ?

Un album à l’idée originale, qui aurait pu être une belle découverte… mais qui m’a malheureusement déçu. L’histoire est sympathique, et permet de découvrir une autre culture, mais de manière bien superficielle, même pour un album pour enfant… C’est dommage, d’autant que l’idée était chouette…

Et malheureusement, les illustrations ne rattrapent pas l’histoire… Je les trouve bien trop naïves, avec des couleurs bien trop pastels à mon goût, trop loin de la réalité. Je n’ai pas réussi du tout à me projeter dans l’histoire, tout est trop naïf et futile. Je ne sais que rajouter, c’est difficile pour moi de faire une critique si négative… Mais vraiment, ça ne l’a pas fait pour moi et je suis la première à le regretter…

Ma note : 2/5