Archives de Tag: Michel Lafont

Timelapse de Nadia Richard

Par défaut

Nadia Richard, Timelapse, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, Paris, 2017

TimelapseJ’ai pour habitude de toujours trouver des points positifs sur chacun des romans que je lis, même si je n’adhère pas complètement à l’histoire. Après tout, certains romans, s’ils ne me plaisent pas ou peu, si les héros, l’histoire ou le style ne m’ont pas convaincue, peuvent plaire à d’autres. Et j’arrive toujours à y voir des choses intéressantes. J’avoue que pour ce roman, ce sera malheureusement plus compliqué. Et c’est un « malheureusement » sincère, le pitch m’ayant enthousiasmée, aimant lire ce genre de romans young adult de temps en temps. Dommage.

Aujourd’hui, Sam, étudiante à l’université, fête ses 18 ans. Alors qu’elle se prépare rapidement à aller au restaurant avec sa famille, le temps s’arrête. Elle se retrouve coincée dans un monde fait de poupées de cire stoppées en plein mouvement. Elle semble être la seule à être épargnée. L’incompréhension fait place à la peur. Que va-t-il se passer maintenant ? Le temps va-t-il repartir ? Va-t-elle devoir continuer seule dans ce monde devenu sans intérêt ? Mais sans savoir comment, le temps reprend ses droits et repart pile à l’instant où il s’était arrêté. Sam pense pouvoir laisser ça derrière elle, mais elle se rend rapidement compte qu’elle est la cause de cet étrange phénomène. Tout se complique quand un nouveau venu, charmant de surcroit, s’installe à côté de chez elle et fréquente son université. Or, Matthias ne semble pas touché par son pouvoir, voire lui aussi en posséder un. Mais le plus étrange peut-être est le comportement d’un de ses professeurs, M. Delatour, qui commence à s’intéresser à elle. Que se passe-t-il ? Que lui arrive-t-il ? Pourquoi elle ? Et qui est vraiment M. Delatour ? Pourquoi, alors qu’elle aurait connu Matthias étant enfant, n’en a-t-elle aucun souvenir ?

Le résumé était donc assez prometteur, offrant un mystère, plein d’énigmes à creuser, des personnages assez intéressants, et un univers avec une pointe de surnaturel qui avait su marquer mon intérêt. Or, le tout est malheureusement sans relief, d’une platitude exaspérante. Et sans aucune crédibilité.

Je suis très dure avec ce roman et je n’aime pas ça. Il est vrai qu’une fois embarquée dans l’histoire, elle se lit. On veut savoir ce qu’il va se passer, ce que l’auteur nous a concocté. C’est le genre de roman qui se lit bien malgré tout, surtout en vacances. Ca détend. Mais on se rend bien compte que quelque chose cloche : l’université où se rend chaque jour Sam n’est pas crédible, mêmes cours tous les jours aux mêmes horaires, on se pense plus dans un lycée que sur un campus ; l’histoire surnaturelle qui sous-tend le tout, si elle peut paraître intéressante de prime abord, devient vite sans queue ni tête. La fin tombe comme un cheveu sur la soupe, et si on comprend le rôle de ces pouvoirs de contrôle du temps, si on comprend les motivations du professeur de Sam, le tout est mal agencé et bien peu crédible.

Il n’en reste pas moins que le personnage de Sam est attachant, sa relation avec Matthias l’est également, et on se prend à détester les midinettes écervelées qui gravitent autour de Matthias. Je dois avouer que le mystère qui plane à un certain moment sur Matthias est assez prenant, mais j’ai été finalement assez déçue de la révélation : ajouter du surnaturel sur une histoire autour du contrôle du temps ne fait que complexifier une intrigue qui n’avait pas besoin de l’être. Cela ne fait qu’ajouter du surnaturel à une histoire dont l’intrigue principale aurait méritée d’être plus travaillée. Parce que finalement, c’est bien la romance, les réactions de Matthias et celles des jeunes filles qui gravitent autour de lui qui prennent le pas sur le reste. Et ce professeur, qui a clairement quelque chose à cacher, vous l’aurez compris, développe une stratégie pour atteindre Sam à la limite du harcèlement et du détournement de mineur.

Si nous revenons rapidement sur la fin, je dirais juste que je cherche encore à la comprendre. Aurais-je manqué quelque chose ? Je me le demande ! Ce que je peux simplement dire, c’est qu’en fermant le livre, je me suis demandée : tout ça pour ça ? Ou il manque un chapitre pour nous éclairer, ou il aurait fallu trouver une autre fin. Quelque part, on a l’impression que l’auteur ne savait pas bien où elle allait elle-même et qu’elle n’avait pas vraiment construit son intrigue.

Restons-en là, vous aurez compris que je n’ai pas été convaincue du tout par ce roman. Si il se laisse lire, il ne me laissera pas un grand souvenir. Dommage.

Ma note : 2/5

Publicités