Archives de Tag: Michel Lafon

Mémoires d’une jeune guenon dérangée, le journal intime de Cléopâtre Wellington de Maureen Wingrove

Par défaut

Maureen Wingrove, Mémoires d’une jeune guenon dérangée, Le journal intime de Cléopâtre Wellington, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

MEMOIRES_D_UNE_JEUNE_GUENON_DERANGEE_hdConnaissez-vous Diglee ? Si c’est le cas, sachez que c’est le pseudonyme de l’auteur de l’excellent roman que je vous présente aujourd’hui, et rien que cela devrait vous donner envie de foncer. Et vous auriez raison. Si ce n’est pas le cas, sachez que c’est une illustratrice qui s’est fait connaître notamment par son blog diglee.com mais aussi par ses bandes dessinées humoristiques. Et que vous devez lire ce roman. A bon entendeur.

Cléopâtre est adolescente, avec tout ce qui va avec : des parents divorcés, une mère qui lui court sur le haricot, une petite sœur mignonne mais un peu spéciale, un père un peu timbré, un beau-père décalé, des potesses qu’elle adore et des crush sur des garçons qui se moquent d’elle en permanence. Elle-même n’est pas la plus classique des ados : elle a une pilosité débordante et un goût prononcé pour tout ce qui est kitsh et sort de l’ordinaire. Et ses occupations sont pour le moins originales : tourner un film d’horreur amateur, espionner sa voisine en mission commando et jeter des sorts et autres joyeusetés pour se porter chance ou se venger de Clément qui l’humilie en permanence. Dire que la rentrée la stresse est un euphémisme. Avec sa BFF Chloé, elles voudraient que tout change. Et quand deux nouveaux se pointent dans la classe, il se peut que leurs vœux s’exaucent.

Ce roman pour ado est un petit bonheur de chaque instant, bourré d’humour et de bonne humeur. Se plonger dans le roman de Mauree Wingrove, c’est retrouver ses quatorze ans, les sensations associées, se remémorer bons et moins bons moments (mais surtout les bons), c’est plonger dans une chouette nostalgie. Parce que toute la beauté de se roman, c’est bien la justesse des propos, des sensations de Cléo et de ses amies, c’est ce sentiment d’injustice constant dont on arrive à rire aujourd’hui, vu d’un peu plus loin. Mais tous les ados adoreront ce roman, qui n’est que le premier tome d’une série que j’espère longue !

La famille de Cléo est fantasque en tout point, mais pour autant assez réaliste. Ou est-ce la manière dont elle est présentée par Cléo et grâce à l’écriture pleine de drôlerie de l’auteur ? Un peu de chaque certainement. Mais ce qui est certain, c’est qu’on a définitivement envie de faire partie de cette famille recomposée, avec cette mère un brin autoritaire, mais qui n’est pas du tout appuyée par le père dont elle est divorcée et qui est d’un laxisme effrayant, avec ce beau-père au sens de l’humour embarrassant mais qui fait rire le lecteur – à défaut de Cléopâtre -, et enfin avec cette petite sœur mignonne à souhait, passionnée de phoques, un peu givrée, complice de Cléo. Une famille qui donne envie et qui est parfaite pour rendre le journal intime de Cléopâtre très intéressant !

Quant aux amies de Cléo… Elles sont toutes différentes, avec leurs particularités spécifiques bien appuyées : l’une est obnubilée par le physique, une autre est d’une grande timidité, une autre encore est un vrai garçons manqué. Le groupe de cinq filles, les potesses de Cléo, nous offre un concentré d’adolescence dans ce qu’elle a de plus compliqué et d’éclectique, mais surtout permet la mise en scène de situations très drôles.

En clair, ce roman nous fait revivre les meilleurs moments de notre adolescence, le tout arrosé de références culturelles actuelles – il est presque certain que j’aurais aussi adoré Lady Gaga – et connecté aux réseaux sociaux. Parce que moi aussi, je serai allée chercher mon crush du moment sur facebook et instagram, j’aurais attendu une demande d’ami, un like ou un texto.

Ce roman nous fait penser aux romans de Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicholson, qui ont bercé l’adolescence de plus d’un, nous avaient enchanté et fait rire. L’auteur d’ailleurs ne s’en cache pas dans ses remerciements, et lui rend un bel hommage par l’écriture de ces Mémoires d’une jeune guenon déjantée.

Ce roman devrait plaire à tous les adocescents et rendre nostalgiques tous les adultes. Diglee a un côté déjanté qui transparaît dans chaque page, dans les expressions de Cléo qui nous prend à partie – n’oublions pas qu’il s’agit d’un journal intime – et nous emmène avec jubilation et humour à sa suite, durant cette rentrée scolaire et jusqu’à Halloween.

Ce roman est fichtrement bien fait, vraiment drôle et devrait enchanter jeunes et moins jeunes. Vite, la suite !

Ma note : 5/5

Publicités

Motel Lorraine de Brigitte Pilote

Par défaut

Brigitte Pilote, Motel Lorraine, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

Motel-LorraineMotel Lorraine n’est pas un roman comme les autres, tant par le choix de la narration que les thèmes qui y sont abordés. Sans parler des personnages ! Un roman qui ne laisse pas indifférent !

Nous sommes en 1977 à Memphis. Sonia vient d’y débarquer avec ses deux filles. Elle change souvent de ville, de manière aléatoire en pointant le doigt sur une carte. Elle parle de « destin », ce qui se comprend quand on sait qu’elle est diseuse de bonne aventure. La voilà donc, fuyant Montréal. Arrivée à Memphis, se loger devient problématique : la seule chambre qu’elle trouve à louer est située au Motel Lorraine, chambre 306, celle-là même où Martin Luther King fut assassiné en 1968. Sonia et ses deux filles, Lou, rebelle dans l’âme et Georgia, à la jolie voix, sont les premières occupantes de cette chambre depuis le drame qui continue de marquer la ville qui peine à se relever de cette tragédie. Dans ce contexte compliqué, toutes trois cherchent leur place dans ce monde devenu fou, en essayant de laisser le passé derrière alors qu’il continue à influer sur leurs décisions.

Dans ce roman, il n’est pas question d’action, de folle histoire autour de ces trois personnages, mais avant tout de saisir une ville à un instant T et les personnes qui la peuplent. Parce que ce roman, c’est avant tout un entrecroisement de nombreux personnages, tous un peu cabossés par la vie qui évoluent dans cette ville qui est devenue un symbole peu reluisant.

Les personnages sont fascinants, que ce soit Sonia et sa fille Georgia, qui ferait tout pour plaire à sa mère et surtout à sa sœur, Lou, qui se rebelle contre cette vie imposée par sa mère, mais aussi Lonzie au passé troublé par la mort de Luther King, photographe talentueux qui va entrer dans la vie de Lou, Aaron Eagle, son patron qui a eu confiance en lui et qui cherche à tout prix à l’aider, Jacqueline, femme de ménage au motel Lorraine ou encore Grace, chef de chorale à l’église qui mène son monde à la baguette. Tous ont leurs fêlures, et cela peu importe leur couleur de peau – l’auteur sème d’ailleurs le doute à ce sujet puisqu’elle ne le précise directement à aucun moment et c’est à nous de récolter les indices nous permettant de savoir ce qu’il en est. Leur passé vient tous les hanter et il leur est bien difficile de regarder l’avenir avec optimisme. Si ce n’est Georgia, la lumineuse Georgia, qui mange trop pour faire plaisir à sa mère qui a trop souffert par le passé de manque de nourriture, et qui espère devenir une grande chanteuse et avoir son nom au dessus des portes de l’église.

La force de ce roman, ce qui le rend si différent des autres mais peut être un peu perturbant, c’est bien la narration choisie par l’auteur. Chaque court chapitre suit un personnage en particulier, ce qui est précisé. Parfois le chapitre est écrit à la première personne, pour Lou ou Jacqueline par exemple, parfois à la troisième, pour Grace notamment. On fait également des sauts dans le temps, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur ces personnages, sans que ce que nous apprenons n’influe directement sur le cours de l’histoire. Les personnages n’en sont que plus profonds. On ne sait où l’auteur va nous mener, et c’est intriguant. Cela pourrait décourager, mais l’attachement qu’on porte aux personnages nous donne envie de savoir jusqu’où ils vont aller. La trame narrative tend vers le festival du coton et la chorale de la Pentecôte, on s’en doute assez rapidement. Mais en quoi ces deux événements vont influer sur la vie des deux jeunes filles que l’on suit principalement, voilà la grande inconnue.

L’auteur ne nous laisse pas sur notre faim, puisque des bonds temporels en 1982, puis en 2000, nous permettent d’avoir un rapide point de vue sur les personnages. Mais comme l’auteur réussit à nous surprendre à chaque instant, ce n’est pas par la voix des personnages auxquels on aurait pensé qu’elle nous dévoile leurs destins. Et c’est bien vu.

Ce roman est assez incroyable car il nous permet de nous projeter dans les années 70, dans cette ville de Memphis mythique, dans le tourbillon de Martin Luther King qui est peut-être l’un des personnages les plus importants de cette histoire, avec ce Motel Lorraine qui vit des lendemains difficiles après la mort en son sein de ce héros des temps modernes.

Chaque personnage est attachant et marquant, ce court roman est rythmé et bien écrit, la narration n’est pas conventionnelle et lui donne de la richesse. Un roman qui ne peut laisser insensible. Une jolie découverte.

Ma note : 4/5

Le souffle des feuilles et des promesses de Sarah McCoy

Par défaut

Sarah McCoy, Le souffle des feuilles et des promesses, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

LE_SOUFFLE_DES_FEUILLES_ET_DES_PROMESSES_hdChaque nouvelle publication de Sarah McCoy est un moment important pour moi. Son premier roman, Un goût de cannelle et d’espoir, résonne encore en moi. Ce nouveau roman n’a pas dérogé à la règle, ce fut encore une très belle lecture, un coup de cœur !

Hallie Erminie vit dans une plantation du Kentucky. Elle a toujours voulu devenir écrivain et écrit depuis toujours. Sa seule ambition est d’être publié, et cette idée devient fixe dès lors qu’elle termine son premier roman. En quête d’un éditeur, la voilà partie pour New-York où elle se bat comme une lionne pour arriver à ses fins. C’est lors d’un de ses passages newyorkais qu’elle croise la route de Post Wheeler, un journaliste fier de son célibat qui a décidé de ne pas prêter attention à l’ouvrage de Hallie Erminie. Sous de premiers abords peu avenants, la jeune femme découvre qu’il a des qualités inespérées et qu’il est en somme plutôt intéressant. Mais très vite, alors qu’une amitié profonde commence à lier les deux jeunes gens, le voilà qui part pour l’Alaska, la laissant seule dans ce New-York plein d’effervescence de la fin du XIXe siècle. Dès lors, leurs chemins vont se croiser durant des années, entre Etats-Unis et Europe, où Hallie Erminie ne tarde pas à se faire des amis. Cette proximité intellectuelle, doublée d’une attirance physique indubitable, vont être pendant tout ce temps réfrénés pour de multiples raisons qu’ils s’inventent l’un et l’autre. Parviendront-ils enfin à se trouver ?

Sarah McCoy s’attaque à une nouvelle période historique, après la Seconde Guerre mondiale et les prémices de la Guerre de Sécession, la fin du XIXe siècle où l’on sent les prémices de changements, une ébullition intellectuelle, l’essor de quelques femmes fortes. Ici, contrairement à ces deux précédents romans, l’auteur ne mêle pas passé et présent, ce qui créait automatiquement une tension narrative. Elle s’en affranchit et montre réellement son grand talent de conteuse, nous entraînant à la suite de Hallie Erminie et de Post avec délectation et frénésie.

La plume de l’auteur, et celle de sa traductrice, nous emportent avec délice dans cette histoire et derrière ces deux protagonistes principaux, ivres de liberté. C’est cette dernière qui les emmène toujours plus loin dans leur quête de vérité. Si le personnage de Hallie Erminie m’a profondément touchée et impressionnée, par son entêtement à réussir et son indépendance, sa force de caractère et son intelligence, Post est peut-être encore plus fascinant. Cet homme qui prône son célibat, qui part dans une mission insensée pour fuir ceux qui l’ont rejeté et leur prouver quelque chose, a une tête peut-être encore plus dure que celle d’Hallie et a des convictions auxquelles on est forcé d’adhérer. Et plus que tout, il croit en Hallie Erminie, persuadée de son talent, alors que le simple fait qu’elle soit une femme, sudiste qui plus est, aurait pu le retenir. Au contraire, il la considère comme son égal, et c’est presque rafraîchissant de découvrir un tel personnage, presque anachronique à une telle époque.

Quelque part, ce livre nous parle presque de l’émancipation féminine, Hallie Erminie ne cherchant pas un mari, se contentant pour exister pleinement d’écrire les histoires qui la traverse, usant de ses déboires et frustrations pour alimenter son inspiration. Les personnages féminins que nous rencontrons dans cet ouvrage sont presque plus forts que les masculins, plus volontaires et têtus.

Vous aurez compris que ces personnages et cette époque m’ont emballée. Mais les différentes aventures vécues par les personnages sont tout aussi passionnantes, à commencer par le périple de Post Wheeler en Alaska, où il se frottera au commerce, mais aussi à la quête de l’or. C’est peut-être le passage qui finalement m’a le plus marquée, alors même que son départ dans le nord m’a vivement contrariée, à l’instar d’Hallie. Les voyages de cette dernière, fuites en avant inspirants ses écrits, nous fascinent tout autant. Mais c’est sûrement ce New-York de la fin du XIXe siècle qui restera le plus présent dans mon esprit. On y sent un changement, un frémissement, une nouvelle Histoire qui est en train de s’écrire. Et je ne saurais dire en quoi cela tient, tout simplement en la magie de Sarah McCoy !

Ce roman, c’est donc deux personnages fascinants, leur histoire dont on espère la fin heureuse, leurs histoires à chacun qui les construisent petit à petit et leur font prendre des chemins parfois inattendus dans un pays prêt à entrer dans un nouveau siècle, une nouvelle ère, dont on ressent les premiers frémissements de changement. C’est un roman magnifique qu’il vous faut à tout prix lire. C’est un vrai coup de cœur.

Ma note : 5/5

La mort d’une princesse de India Desjardins

Par défaut

India Desjardins, La mort d’une princesse, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

La_mort_d_une_princesse_hdEnvie d’un roman léger, d’un moment de détente et de lâcher prise ? Un petit plaisir sans conséquence, qui fait du bien au moral ? Une lecture sympathique à lire en quelques heures pour se vider la tête ? Alors foncez sur La mort d’une princesse, c’est pile poil ce qu’il vous faut !

Sarah a la trentaine, un petit copain avec qui tout va bien, un boulot qui lui plaît et dans lequel elle s’investit. Aussi, quand elle part en vacances avec son jules, elle s’attend à une demande en mariage. Sauf que rien ne se passe comme prévu… Les vacances sont écourtées, elle rentre célibataire au bercail. Sept ans après, elle a mis de côté ses sentiments et les mecs, et se consacre à sa boîte de relations publiques dans laquelle elle est investie corps et âme. Elle croit dur comme fer que ça lui suffit amplement. Elle aime son boulot, réussit, c’est devenu une acharnée qui se contente de l’amitié de sa meilleure amie, mère célibataire. Mais est-il si facile de renoncer à l’amour ? Peut-elle continuer sa vie comme cela ?

Voici un roman feel good qui répond tout à fait aux attentes qu’un lecteur peut avoir en ouvrant ce type d’ouvrage. Le style de l’auteur est agréable, conforme à ce genre, le roman se lit ainsi en quelques heures. L’auteur n’est pas une nouvelle venue sur la scène littéraire, puisqu’elle rencontre un franc succès avec Le journal d’Aurélie Laflamme chez les adolescents. Cependant c’est la première fois qu’elle écrit pour des adultes, et c’est réussi. On ouvre ce roman comme on ouvrirait un roman pour adolescents, la frontière est plutôt ténue, mais ça fonctionne. C’est aussi bon qu’un carré de chocolat grignoté pelotonné dans son canapé.

Et si ça fonctionne aussi bien, c’est surtout qu’on ne tombe pas dans les écueils de ce type de genre littéraire « chicklit », avec des héroïnes gnangnans et des situations trop rocambolesques, franchement invraissemblables, à la limite du ridicule. Ce n’est pas le cas ici, du tout. Sarah est attachante, paumée, déçue par l’amour et qui ne supporterait pas d’être à nouveau blessée par un homme. C’est finalement une situation que beaucoup de trentenaires actuelles connaissent, et je parle en connaissance de cause ! Il est donc facile de s’identifier à elle. Les autres personnages sont aussi sympathiques, à l’instar d’Anik, la meilleure amie, elle aussi aigrie des relations amoureuses, ou Jean-Krystofe, son assistant d’une vingtaine d’années qui met une touche d’humour dans le récit.

La seule petite chose que je trouve dommage dans ce roman, ce sont les « communiqués pour diffusion immédiate » qui parsèment le roman. Le but est certainement d’apporter une touche d’humour supplémentaire, mais pour être honnête, ça m’a plutôt ennuyée et pas fait franchement sourire, ça arrive comme un cheveu sur la soupe en plein milieu du récit et n’apporte pas grand chose. A tel point que je ne les lisais plus au bout d’un moment.

Ce n’est pas le roman de l’année, certes, ni celui qui va révolutionner le genre. Mais personnellement, je n’ai pas très envie d’une telle révolution, cherchant dans ce type de lecture pile poil ce que ce roman m’a apporté. C’est un chouette roman feel-good, dont on tourne les pages frénétiquement pour savoir comment va finir l’histoire de Sarah, bien qu’on se doute de la fin. Et c’est une fin qu’on attend, n’ayons pas honte de le dire ! Ce roman apporte donc quelques heures de lecture sans conséquence, un moment de lecture agréable qui fait du bien au moral. Que demander de plus ?

Mention spéciale à la couverture, réalisée par Diglee, qui illustre parfaitement l’ambiance du roman, qui donne envie de le prendre en main et de le commencer.

Ma note : 4/5

La malédiction d’Oxford d’Ann M. McDonald

Par défaut

Ann A. McDonald, La Malédiction d’Oxford, Michel Lafon, Paris, 2017

la_malediction_d_oxford_hdVous avez toujours rêvé de vous rendre à Oxford et explorer les secrets de cette Université mondialement célèbre ? Infiltrer leurs sociétés secrètes et comprendre d’où vient le pouvoir de tous ceux qui sortent de cette université ? Alors ce roman est fait pour vous ! Très attirée par le pitch, j’avoue avoir un sentiment partagé quant à cette lecture. Je vous en dis plus tout de suite !

Cassandra Blackwell est une jeune américaine qui a l’immense chance d’avoir été acceptée pour une année à l’Université d’Oxford. Une grande opportunité pour Cassie qui espère bien plus qu’une année de cours prestigieux. En effet, trois ans plus tôt, elle a reçu un message destiné à sa mère, disparue depuis des années, qui laissait entendre qu’elle avait étudié à Oxford. Or, sa fille n’en a jamais rien su. Son enfance et son adolescence ont été bien particulières, entre les hommes paumés que sa mère ramenait à la maison, les crises de sa mère et les déménagements incessants. Et si tout ceci trouvait son explication à Oxford ? Déterminée à le découvrir, Cassie se fait accepter à Oxford, et se lie avec l’élite anglaise. Elle commence à fouiller, et rapidement, elle croise le nom d’une société secrète, L’Ecole de la Nuit, qui pourrait être encore en activité et être liée aux étranges événements qui se produisent sur la campus, ainsi qu’au comportement de sa mère, et à l’étrange note qu’elle a reçu aux Etats-Unis. Mais ses recherches sont bien plus dangereuses qu’elle ne l’avait prévu et elle devient gênante. Avec l’aide de Charlie, flic local qui s’interroge aussi sur les étranges coutumes de cette université, elle va s’approcher de la vérité…

Voici un résumé assez prometteur, qui laisse présager un bon suspens, une intrigue qui happe et qui entraîne de page en page vers un dénouement qu’on imagine original, déstabilisant et pour autant tenant la route, possible. Et c’est presque ça ! L’auteur parvient à nous entraîner à la suite de son héroïne, pas toujours très attachante, souvent froide et calculatrice, mais qu’on comprend et qu’on finit par accepter. La fin par contre… Mais j’y reviens !

Ce que je voudrais souligner avant toute chose, c’est l’ambiance, l’atmosphère qui se dégage du roman. On est plongé dans une ambiance gothique, derrière les murs centenaires d’Oxford qui captivent et titillent l’imagination. On a l’impression de plonger en plein cœur de cette université, d’en découvrir les spécificités. Pour moi qui adore cette ambiance, qui a une sorte de fascination pour l’Angleterre, j’avoue avoir été comblée ! Les personnages très british, parfois bien trop guindés et légèrement déplaisants, sont bien dépeints. Comme Cassie, on s’attache tout de suite à Evie, la colocataire de Cassie, qui est subjuguée par cette élite qui la prend sous son aile et la fait valser de soirée en dîner. C’est aussi grâce à elle et son sujet d’étude, à savoir le cercle d’érudits qui se réunissait à la fin du XVIe siècle, comprenant notamment Christopher Marlowe, Henry Percy, ou encore Walter Raleigh (qui dans l’histoire est à l’origine de la création du college qui porte son nom où Cassie étudie) sous le nom d’Ecole de la Nuit et serait donc à l’origine de la société secrète, que notre héroïne en apprend plus sur les secrets de l’Université. Tout ceci est d’ailleurs très intéressant d’un point de vue historique, car avéré ou non, plus ou moins romancé, on en apprend tout de même un peu plus sur l’histoire de l’Université et certaines hypothèses ayant marquées son histoire.

L’histoire en soi est donc plutôt bien ficelée, et ne manque pas de rebondissements, complètement inattendus, qui apporte tension et suspens, et amène le lecteur à se méfier de chacun, et même de Cassie qui elle-même ressent de drôles de sensations qui semblent liées à l’affaire qui l’occupe.

Et c’est à partir de ce moment-là que l’affaire se gâte pour moi. Je vais essayer d’éviter les spoilers, mais il est possible qu’il y ait quelques allusions qui donnent une idée de la nature de la fin du roman, donc si vous ne voulez rien savoir, arrêtez votre lecture ici ! J’imaginais un espèce de complot qui expliquerait les suicides survenus sur le campus, l’histoire de la mère de Cassie, quelque chose d’un peu tiré par les cheveux mais qui se tiendrait parfaitement sans avoir recours à du paranormal. Ah bah non. On est en plein dans le paranormal, et même dans ce registre, et même si l’histoire se tient malgré tout, j’ai trouvé ça tiré par les cheveux. Je n’ai rien contre les histoires non « réalistes », mais en commençant ce roman, je ne m’attendais pas du tout à ce type de dénouement. J’ai peut-être été trop surprise. Si j’avais su dès le départ qu’on était dans ce registre, peut-être n’aurais-je pas été légèrement déçue de la fin. Pour moi, c’est une manière de trouver une solution facile à tous les éléments d’intrigues développés par l’auteur. Et je trouve ça dommage.

Le plus, malgré tout, c’est le personnage de Cassie qui parvient à nous surprendre jusqu’à la fin. L’auteur ne la rend pas fragile et gentille, mais joue sur son côté obscur qui va l’amener à faire des choix déments, sans même qu’elle hésite une seconde, se repentisse ensuite ou même ne regrette qu’un peu d’avoir eu à faire un tel choix. Et c’est un très bon point, le personnage est cohérent jusque dans les dernières lignes du récit. Au contraire de l’intrigue, à mon sens.

En somme, un moment de bon divertissement, plutôt bien mené, mais aux révélations de fin décevantes à mon goût. Pour tous ceux qui aiment les romans gothiques, sont fascinés ou du moins intrigués par les universités anglaises renommés et qui n’ont rien contre une once de paranormal dans un récit qui semblait en être dépourvu.

Ma note : 3/5

Alfie Bloom et le voleur de talisman de Gabrielle Kent

Par défaut

Gabrielle Kent, Alfie Bloom et le voleur de talisman, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2016

ATTENTION SPOILERS SUR LE TOME 1 ! SI VOUS DECOUVREZ LA SÉRIE ALFIE BLOOM, RÉFÉREZ-VOUS À MA CHRONIQUE DU PREMIER TOME ICI.

AlfieBloomFRT2.inddVoici un roman pour enfants que j’attendais de pied ferme ! Ayant adoré le premier tome des aventures magiques d’Alfie Bloom, je ne pouvais que me précipiter sur ses nouvelles péripéties. Et grand bien m’en a pris ! Gabrielle Kent poursuit les aventures de son jeune héros, et nous régale de magie, de mystères, avec des personnages plein de courage, et reprend donc les ingrédients du premier tome, pour ma plus grande joie !

Voilà quelques mois qu’ont eu lieu les péripéties racontées dans le premier tome. Alfie profite des vacances dans son château d’Hexbridge, en compagnie de son amie Amy et de ses cousins Robin et Maddie. Mais les cauchemars l’assaillent depuis qu’il a intégré la magie de transformation de ses deux anciennes directrices maléfiques. Seules les sorties nocturnes sur le dos d’Artan, sa peau d’ours magique, le calment un peu. Lorsqu’il rentre d’une de ces escapades, il voit une drôle de lumière bleue émaner d’un arbre devant le château, et Ashford, le majordome et son ami, près de l’arbre. Intrigué, il rentre au château pour assister ensuite à l’enlèvement d’Ashford par de drôles de créatures qui ne sont rien d’autre que des fées qui souhaitent récupérer une lentille magique qui leur a été dérobée par Ashford. Or, cette lentille, c’est Alfie qui la détient, puisqu’elle est l’ornement principal de son talisman qui l’aide à contrôler la magie qu’on a mis en lui ! Commence alors pour Alfie une étrange aventure, où le danger est partout et où il est difficile de savoir à qui se fier…

Quelles aventures ! Et quel plaisir de retrouver Alfie, ses amis, son château et cette magie qui imprègne chaque mot de cette fantastique histoire ! Le deuxième tome est à la hauteur du premier, et promet de magnifiques prochains tomes. L’auteur nous entraîne dans son univers avec une facilité déconcertante, et propose un roman pour enfant qui saura enchanter les plus jeunes comme les plus vieux, en quête de magie et d’une lecture plaisante et facile.

L’auteur utilise tous les éléments qu’elle avait introduit dans son premier tome et réussit à lier les deux intrigues. Plus qu’un roman d’aventure et de magie, elle interroge aussi sur l’enfance, la recherche de soi et de son identité au tout début de l’adolescence. Parce qu’Alfie doit faire face à bon nombre de changements et de modifications de sa personnalité. D’abord, il doit faire face à la magie qui sommeille en lui et doit commencer à la maîtriser. Mais en plus, le voilà affublé d’une magie puissante depuis qu’il a terrassé ses anciennes directrices maléfiques qui étaient en réalité des dragons, une magie de transformation pernicieuse, qui a tendance à ne pas se laisser contrôler et à prendre vie seule. Or, il n’en a jamais voulu ! Comme les sautes d’humeur des adolescents, difficilement contrôlables… L’auteur parvient donc à parler d’autres choses que de magie, derrière ce voile qui lui permet plus de liberté. Enfin, bien entendu, ce n’est que mon ressenti !

L’aventure en elle-même qui nous est proposée dans ce tome est pleine de rebondissements inattendus, et nous happe complètement dès les premières pages. Il faut dire que l’enlèvement d’Ashford se produit dès le premier chapitre… Et c’est très bien vu, puisque l’enfant qui lira le roman sera de suite plongé dans l’histoire. Le reste s’enchaîne tout seul, on lit, on dévore jusqu’à la dernière page. L’auteur ajoute à chaque roman de nouveaux personnages de ce monde fantastiques, à savoir les fées ici, et étoffe le vécu des personnages, notamment d’Ashford pour ce tome. Alfie va apprendre de nombreuses choses sur son mystérieux majordome, ce qui promet de prochains tomes qui devraient enrichir encore la trame narrative.

L’auteur propose à nouveau un roman bien écrit et bien ficelé, adapté au lectorat visé. Aucune fausse note, de nombreuses révélations, une intrigue qui saura captiver un large public, Gabrielle Kent réussit le pari de créer un univers particulièrement intéressant. Comme pour le premier tome, elle intègre le communauté villageoise à son histoire, et dévoile un folklore local lui aussi plein de mystères qui est à l’image de ce château enchanteur qui a toujours surplombé le village.

Un roman riche, bien écrit, magique, au héros attachant et au château mystérieux. Merci Gabrielle Kent pour vos romans qui nous enchantent de la première à la dernière ligne, qui nous plongent dans un univers enfantin, bourré de magie et de mystère, et qui régalent l’enfant qui sommeille en nous !

Ma note : 5/5

Un merci de trop de Carène Ponte

Par défaut

Carène Ponte, Un merci de trop, Michel Lafon, Paris, 2016

Un_merci_de_trop_hdUn merci de trop, c’est la comédie romantique par laquelle on se laisse prendre et qu’on lit en quelques heures, comme on regarderait Dirty Dancing ou Love Actually. C’est frais, ça permet de déconnecter, ça détend, pile ce qu’on attend quand on se lance dans une telle lecture !

Juliette, la vingtaine bien entamée, n’a jamais fait de vague. Elle a écouté à la lettre les conseils maternels, pour rester pour toujours la petite fille sage et obéissante. Elle a fait des études lui permettant à coup sûr d’avoir un boulot, s’habille toujours de noir pour être la plus transparente possible, laisse l’ambition aux autres, étant habituée à se satisfaire du peu qu’elle a. Elle dit merci à tout, même quand on la rabaisse : un travers qu’elle ne supporte plus. Quand sa nouvelle chef, qu’elle a elle-même formée et qui a été choisie à sa place pour cette promotion, lui parle comme à une idiote une fois de plus, c’est la fois de trop : Juliette l’envoie sur les roses et démissionne. Nouvel objectif : écrire un roman, ce qu’elle a toujours voulu faire, et tant pis s’il n’est jamais édité. Et si elle prenait sur elle pour parler au voisin sexy, ce ne serait pas un mal non plus. Sauf que tout ne se passe pas tout à fait comme prévu… De contre-temps en désillusion, être heureuse demande quelques ajustements.

Ce roman est une petite bouffée d’air frais remonte moral, qui s’adresse surtout aux femmes portées sur les comédies romantiques. Et qu’est-ce que ça fait du bien pour se changer un peu les idées ! Surtout que le personnage de Juliette est attachant, et pas « gnan-gnan » et énervant comme les héroïne de ce type d’histoires peuvent parfois l’être.

Juliette est une jeune femme qui ne sait plus vraiment qui elle est et qui aspire à le découvrir, en commençant par se rebeller un peu, ne plus être la fille parfaite qui fait ce que ses parents attendent d’elle. Elle veut enfin faire ce qu’elle a toujours pensé pouvoir faire, à commencer par son rêve d’enfant d’écrire un roman. Et le processus se fait petit à petit, puisqu’elle ne va pas avouer tout d’un coup à ses parents, loin s’en faut, ce qui crée des situations très drôles et qui prêtent à sourire. Parce que dans son soucis d’émancipation, Juliette va commettre quelques impers qui ne seront pas sans répercutions… Mais heureusement que sa meilleure amie Nina est toujours là pour la soutenir et la guider dans ses choix !

Les références auxquelles fait appel l’héroïne – et donc l’auteur, le roman étant écrit à la première personne du singulier – parleront à toutes les personnes entre 25 et 40 ans : Friends, Berverly Hills, Love Actually, Dirty Dancing, Coup de foudre à Notting Hill ou encore Bridget Jones. Cela rend le roman d’autant plus marquant et fait sens auprès du lectorat visé. On s’identifie d’autant mieux à Juliette qu’on partage son bagage culturel, et on prend bien du plaisir à la lecture de ses péripéties. Ses réactions sont celles que j’aurais pu avoir moi-même, ce qui la rend extrêmement réaliste. Et qui ne voudrait pas parfois suivre son exemple : tout plaquer et tenter de réaliser ses rêves, quelles qu’en soient les conséquences ?

La plume de l’auteur est simple et agréable, je me suis surprise à plusieurs reprises à sourire, voire à rire franchement. Voilà donc un roman profondément agréable, frais à souhait pour l’été, forcément pas de la grande littérature, mais efficace pour passer quelques heures de détente sur la plage ou ailleurs !

Ma note : 4/5