Archives de Tag: Michel Lafon

Le Noëlosaure de Tom Fletcher

Par défaut

Tom Fletcher, Le Noëlosaure, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

Le-NoelosaureVous recherchez un livre merveilleux, enchanteur, plein de magie, bel objet pour couronner le tout ? Vous avez gardé votre âme d’enfant et aimez à la raviver de temps en temps ? Une aventure au Pôle Nord, avec un méchant vraiment pas commode à vos trousses et des dinosaures ne vous effraient pas ? Alors Le Noëlosaure de Tom Fletcher est définitivement pour vous ! C’est MON gros coup de cœur de cette fin d’année !

William Molleroue était un enfant plutôt heureux, et ce malgré les tourments de la vie qui ne l’avaient pas épargné : sa mère est décédée et il se déplace en fauteuil roulant. Oui, peut-être, mais son papa, M. Bob Molleroue, est l’homme le plus aimant du monde et a une fascination merveilleuse pour Noël. Et puis il avait plein d’amis. Enfin, ça, c’était avant. Avant que Brenda Gassante ne s’installe dans le quartier et n’investisse son école. Depuis, la vie de William est un cauchemar : ses copains ne lui parlent plus, suivent Brenda dans tout ce qu’elle fait, alors même qu’elle passe son temps à l’embêter, voire à l’humilier. Pour Noël, il ne sait même plus quoi demander au Père Noël. Fasciné par les dinosaures, il en demande un, sans préciser de quelle forme il le veut. Alors le Père Noël improvise, et crée lui-même une merveilleuse peluche en s’inspirant du magnifique Noëlosaure dont ses lutins ont découvert l’œuf dans la terre quelques années auparavant : le dernier des dinosaures ! Mais le Noëlosaure se sent seul, aimerait voler comme les rennes et s’attache très fort à cette magnifique peluche. Or, quand il doit s’en séparer le soir de Noël, alors que le Père Noël commence sa tournée, tout ne se passe pas comme prévu… Commence alors une magnifique aventure qui va révéler à tous ces personnages ce qui est le plus important dans la vie : l’amitié, l’entraide, la famille, l’amour et la bienveillance. Et surtout croire. Croire que tout est possible.

Quelle merveilleuse histoire de Noël ! L’histoire est pleine d’aventures, de personnages touchants, dont le trait n’est jamais forcé, et bourrée de magie. Qui ne rêve pas d’aller au Pôle Nord, rencontrer le Père Noël, les rennes volants et surtout tous les malicieux lutins qui vivent dans leur village enchanteur ? Tous les enfants seront transportés par cette très belle histoire ! Tom Fletcher réussit le pari risqué de créer un vrai monde du Père Noël, de la manière de créer les cadeaux à la manière de les transporter, en l’alliant à un animal qui fascine les petits et les plus grands : les dinosaures. Cela aurait pu n’avoir ni queue ni tête, et bien non ! On est entraîné dans cette histoire merveilleuse, à la suite de ce jeune garçon et de cet étonnant dinosaure, dont les émotions nous touchent profondément.

Parce que c’est un vrai conte de Noël que nous propose Tom Fletcher. Nos deux comparses souffrent de solitude et d’isolement, alors même qu’ils sont bien entourés. Pour William, cela est encore plus compliqué puisque, unique en son genre, il se retrouve mis de côté par la simple arrivée d’une jeune fille qui en fait sa tête de turc. Tom Fletcher parvient à nous parler de harcèlement, sans pour autant tomber dans une tragédie ou un conte sombre. Ce que nous découvrirons sur Brenda Gassante permettra aussi de remettre certaines choses en perspective. Et les thèmes développés par l’auteur restent de saison, universels, et importants à communiquer aux plus jeunes : amitié, amour, entraide.

Tom Fletcher parvient à ne laisser aucun personnage de côté, puisque l’histoire de M. Bob Molleroue, ainsi que celle du Chasseur, font parties intégrantes de l’histoire contée par l’auteur. Ce qui la rend d’autant plus dense et bien ficelée.

Parlons maintenant de la narration et de la plume de Tom Fletcher : elles sont autant magiques que le sont les aventures de William Molleroue et du Noëlosaure ! L’auteur nous prend à partie dans la narration, nous intégrant parfaitement à l’histoire, nous la rendant de fait d’autant plus merveilleuse. L’auteur utilise tous les moyens pour nous émerveiller, et c’est réussi !

Et pour achever de nous enchanter, Shane Devries illustre le texte de Tom Fletcher avec grand brio. Il donne vie aux personnages et à leurs aventures, nous procure un plaisir fou à contempler les détails de ses dessins et nous donne une vision parfaite du Noëlosaure. Et quel Père Noël magnifique nous dessine-t-il ! Un vrai enchantement ! Ces illustrations, couplées à la belle reliure, le dos doré et les lettres en relief, certaines phrases écritent en plus gros, parfois de travers, parachèvent de rendre ce roman magique et complètement indispensable à tout rêveur avec une âme d’enfant attiré par la magie. Bref, pile moi !

Vous l’aurez compris, ce roman est un véritable enchantement, tant de part son histoire magique à souhait, ses personnages inoubliables ou ses illustrations à tomber. Qu’attendez-vous pour vous jeter dessus ?

Ma note : 5/5

Publicités

Le plus beau des vœux d’Alyson Noël

Par défaut

Alysin Noël, Le plus beau des vœux, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

LE_PLUS_BEAU_DES_V_UX_hdEn cette période féérique, pleine de magie, que j’affectionne particulièrement, j’aime lire des romans enchanteurs. Quand j’ai découvert cette nouveauté Michel Lafon, la couverture m’a indéniablement attirée. Cette histoire pour adolescents avait tout pour me plaire, bien que l’intrigue ne soit pas d’une très grande originalité et que la fin était prévisible. Mais cela ne m’arrête pas en général, et j’arrive toujours à passer un bon moment. Ici, si le moment a été plutôt bon, je n’ai pas été conquise. Voilà pourquoi.

Mais d’abord, le résumé. Nick Dashaway n’est pas cool. Ses amis ne le sont pas non plus. Or, il rêve de faire partie de cette caste de mecs qui attirent les filles, qui sont bien vus de tous, respectés et assis aux meilleures tables du réfectoire, entourés de copains branchés qui boivent leurs paroles. Alors, quand un concours de chant est organisé dans son collège par une jeune rock star ayant fait ses études dans ce même collège, il y voit sa chance. Il va tout déchirer, sortir un disque, être une star, être au sommet de la coolitude. Et les filles le remarqueront. Mais tout ne se passe pas comme prévu… Quand une amie bien peu cool lui offre une bougie en lui intimant de faire un vœu réfléchi avant de souffler la flamme après sa déconvenue, il finit par tenter sa chance… Et c’est complètement ahuri qu’il se retrouve propulsé dans une nouvelle vie. Une vie où il a tout ce qu’il a toujours voulu : il est célèbre, riche, cool. Il attire toutes les filles, est invité à toutes les fêtes et il a un talent fou. Mais cette popularité est-elle un cadeau si incroyable ? Ne laisse-t-il pas quelque chose de précieux derrière lui ?

Le message de ce roman, s’il peut paraître banal, est plutôt intéressant au vu du public auquel s’adresse l’auteur. Montrer aux adolescents que les rêves de paillettes, la popularité et les succès faciles ne rendent pas forcément heureux, qu’il faut avant tout être soi-même et fidèle à ses principes sont des messages qui ne seront jamais assez martelés à des adolescents. En cela, le roman d’Alyson Noël remplit pleinement son office. Mais au-delà de cela, j’ai trouvé que l’intrigue était bien creuse.

Si, comme je l’ai déjà dit, on s’attend à ce qui va pouvoir arriver au jeune Nick, il reste très ennuyeux de comprendre la construction exacte du roman, ainsi que chaque événement, chaque évolution des pensées du personnage principal. Et ennuyeux est le bon mot : je me suis profondément ennuyée. Les personnages sont caricaturaux, de la jeune fille ambitieuse et opportuniste dont Nick croit être amoureux, le manager qui ne pense qu’à l’argent, la famille qui ne pense plus à l’adolescent qu’uniquement pour obtenir quelque chose, le meilleur ami qui ne profite que de sa popularité, jusqu’à la fille rebelle de l’employé de maison qui l’envoie sur les roses et ne le supporte pas.

On dit qu’il y a plusieurs étapes au deuil. Ici, il semble y avoir plusieurs étapes à la construction de ce type de roman, et chaque partie en développe une : d’abord le souhait de changer de vie, la propulsion dans une nouvelle et la perte de repères, l’enchantement et l’envie de profiter de toutes ces nouveautés inattendues, le début du désenchantement, la décision de repartir dans sa vraie vie, et enfin… la dernière partie dont je ne dirai rien, même si vous devinez expressément de quoi il retourne. Ce que je viens de faire peut s’apparenter à du spoil si tout cela n’était pas évident à la lecture du roman. Et c’est bien dommage.

Parce que si les personnages sont un peu caricaturaux et les aventures du héro un peu convenues, l’auteur aurait pu instiller un peu de subtilité et une pointe de profondeur pour rendre tout ceci moins prévisible. On a tous lu des romans dont on connaissait par avance la fin, et c’est aussi pour cela qu’on les dévore. Que ce soit une histoire d’amour ou autre, on arrive pourtant, dans la plupart des cas, à faire abstraction de la construction du roman ou des caricatures pour plonger dans un environnement qu’on a envie de retrouver. Et bien plus que s’attendre à la fin, on la souhaite. C’est pour cette raison qu’on lit ce genre de roman, autrement on aurait passé son chemin. Ce n’est donc pas tellement la fin prévisible que je regrette, mais bien de ne pas avoir pu faire abstraction de tout le reste. De tourner la page et de me dire, il va se passer cela, untel va venir gâcher la fête, elle n’est pas ce qu’elle prétend, et de ne pouvoir mettre mon cerveau en off pour juste profiter de la lecture.

Il s’agit d’un roman pour adolescents, et j’espère vraiment que c’est parce que je suis adulte que je ne l’ai pas apprécié comme je l’aurais aimé. Mais pour autant, je lis beaucoup de romans pour enfants, adolescents et jeunes adultes, et ce genre de chose m’arrive rarement. Pourtant le personnage de Nick reste attachant, ses craintes et ses peurs, ses souhaits et déconvenues restent crédibles au vu de son âge (bien qu’il nous semble parfois qu’il a 5 à 10 ans de plus). J’espère vraiment que les plus jeunes sauront apprécier ce roman.

Ma note : 2/5

Alfie Bloom et la sorcière de l’île du Démon de Gabrielle Kent

Par défaut

Gabrielle Kent, Alfie Bloom et la sorcière de l’île du Démon, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

POUR EVITER TOUS SPOILER ? JE VOUS INVITE À VOUS RÉFÉRER À MES CHRONIQUES DES TOMES 1 ET 2 !

Alfie_Bloom_-_tome_3_hdAlfie Bloom est, depuis deux ans, un rendez-vous incontournable de ma fin d’année. Plein de magie, les romans de Gabrielle Kent sont parfaits pour cette période de l’année. C’est donc pleine d’enthousiasme que je me suis lancée dans la lecture de ce troisième tome, et encore une fois, la magie a opéré !

Alfie a depuis quelques mois maintenant cette magie enfouie en lui qui veut prendre le contrôle, de plus en plus fort, au point que le druide Orin Hopcraft qui avait caché ces pouvoirs en ce jeune garçon décide de débuter son apprentissage de la magie. Mais Orin ne vit pas dans le même siècle qu’Alfie… Voici donc le jeune sorcier, accompagné d’Amy, sa meilleure amie, de Robin et Maddie, ses cousins, et enfin d’Ashford, la maître d’hôtel qui les supervise, en route vers le passé ! Commencent cours de magie pour Alfie, cours de botanique, herboristerie, runes et autres joyeusetés pour les autres. Mais rapidement, quelque chose cloche dans le village d’à côté, Amy a de drôles de rêves qui semblent plus vrais que nature. Elle y voit une créature des ténèbres qui prend la force vitale d’humains, les laissant à peine vivants. Quand Orin et Ashford sont touchés et qu’ils comprennent que cette créature en a après les pouvoirs d’Alfie, les quatre amis, accompagnés de Bryn, un ami très spécial d’Orin, partent en quête d’aide en la personne d’une sorcière réfugiée sur une île à plusieurs jours de marche du château d’Hexbridge… Une quête pleine de dangers et d’aventures !

Nous retrouvons avec bonheur nos héros pour une nouvelle aventure en plein cœur du passé. Et quelle bonne idée que celle-là ! Ils y découvrent une période inconnue et font face à de nouveaux défis, comme la suspicion envers les étrangers des personnes locales. Mais ce nouveau cadre permet surtout d’amener une nouvelle aventure pleine de rebondissements et de découvertes, obligeant chaque ami à découvrir ses dons et à s’en servir, et pas seulement Alfie. Ce tome, pour Alfie, au-delà d’accepter et de contrôler ses pouvoirs, c’est aussi d’accepter qu’il ne peut maîtriser tous les enseignements d’Orin à lui seul, qu’il faut qu’il compte sur ses amis. Il doit accepter leur implication et comprendre qu’il ne peut tout gérer seul. C’est finalement une étape assez importante dans l’accomplissement du jeune adolescent.

L’auteur parvient à nous livrer un univers cohérent avec les tomes précédents et continue d’approfondir les personnages. Si le personnage d’Orin reste toujours énigmatique, on en apprend beaucoup sur Bryn, personnage aperçu dans le tome 1 lorsqu’Alfie et Robin avaient malencontreusement effectué un rapide saut dans le temps. Et de fait, on en apprend plus sur un personnage du présent, mais je n’en dirai pas plus, c’est la chouette révélation de ce tome ! Mais au-delà de Bryn, on en apprend plus sur le personnage qui se cache derrière ce spectre maléfique qui vient les hanter. Il est loin d’être anodin puisqu’il est la cause qui a poussé Orin à cacher les pouvoirs en Alfie, qui s’en serait bien passé.

Ce tome marque donc un tournant. Alfie apprend à accepter ses pouvoirs, comprend qu’il peut les contrôler et qu’il doit y faire attention parce que même la meilleure volonté du monde peut amener à des résultats catastrophiques. Il apprend qu’il ne peut pas tout maîtriser et qu’il doit s’appuyer sur ses amis. On en apprend un peu plus sur les origines de cette magie, sur ceux qui la convoitent depuis toujours. Et surtout, on découvre un Hexbridge ancien, toujours autant enchanteur, ainsi que de nouveaux personnages tout à fait fascinants. Le tout grâce à la très belle plume de l’auteur, parfaite pour le lectorat visé.

Encore une fois, Gabrielle Kent nous enchante avec les aventures de son jeune héros. Je suis triste d’apprendre qu’il s’agit du dernier tome, surtout qu’il y avait encore beaucoup de choses à approfondir. J’avoue que je reste sur ma faim, et j’espère que l’auteur changera un jour d’avis et reprendra les aventures d’Alfie !

Ma note : 5/5

Mémoires d’une jeune guenon dérangée, le journal intime de Cléopâtre Wellington de Maureen Wingrove

Par défaut

Maureen Wingrove, Mémoires d’une jeune guenon dérangée, Le journal intime de Cléopâtre Wellington, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

MEMOIRES_D_UNE_JEUNE_GUENON_DERANGEE_hdConnaissez-vous Diglee ? Si c’est le cas, sachez que c’est le pseudonyme de l’auteur de l’excellent roman que je vous présente aujourd’hui, et rien que cela devrait vous donner envie de foncer. Et vous auriez raison. Si ce n’est pas le cas, sachez que c’est une illustratrice qui s’est fait connaître notamment par son blog diglee.com mais aussi par ses bandes dessinées humoristiques. Et que vous devez lire ce roman. A bon entendeur.

Cléopâtre est adolescente, avec tout ce qui va avec : des parents divorcés, une mère qui lui court sur le haricot, une petite sœur mignonne mais un peu spéciale, un père un peu timbré, un beau-père décalé, des potesses qu’elle adore et des crush sur des garçons qui se moquent d’elle en permanence. Elle-même n’est pas la plus classique des ados : elle a une pilosité débordante et un goût prononcé pour tout ce qui est kitsh et sort de l’ordinaire. Et ses occupations sont pour le moins originales : tourner un film d’horreur amateur, espionner sa voisine en mission commando et jeter des sorts et autres joyeusetés pour se porter chance ou se venger de Clément qui l’humilie en permanence. Dire que la rentrée la stresse est un euphémisme. Avec sa BFF Chloé, elles voudraient que tout change. Et quand deux nouveaux se pointent dans la classe, il se peut que leurs vœux s’exaucent.

Ce roman pour ado est un petit bonheur de chaque instant, bourré d’humour et de bonne humeur. Se plonger dans le roman de Mauree Wingrove, c’est retrouver ses quatorze ans, les sensations associées, se remémorer bons et moins bons moments (mais surtout les bons), c’est plonger dans une chouette nostalgie. Parce que toute la beauté de se roman, c’est bien la justesse des propos, des sensations de Cléo et de ses amies, c’est ce sentiment d’injustice constant dont on arrive à rire aujourd’hui, vu d’un peu plus loin. Mais tous les ados adoreront ce roman, qui n’est que le premier tome d’une série que j’espère longue !

La famille de Cléo est fantasque en tout point, mais pour autant assez réaliste. Ou est-ce la manière dont elle est présentée par Cléo et grâce à l’écriture pleine de drôlerie de l’auteur ? Un peu de chaque certainement. Mais ce qui est certain, c’est qu’on a définitivement envie de faire partie de cette famille recomposée, avec cette mère un brin autoritaire, mais qui n’est pas du tout appuyée par le père dont elle est divorcée et qui est d’un laxisme effrayant, avec ce beau-père au sens de l’humour embarrassant mais qui fait rire le lecteur – à défaut de Cléopâtre -, et enfin avec cette petite sœur mignonne à souhait, passionnée de phoques, un peu givrée, complice de Cléo. Une famille qui donne envie et qui est parfaite pour rendre le journal intime de Cléopâtre très intéressant !

Quant aux amies de Cléo… Elles sont toutes différentes, avec leurs particularités spécifiques bien appuyées : l’une est obnubilée par le physique, une autre est d’une grande timidité, une autre encore est un vrai garçons manqué. Le groupe de cinq filles, les potesses de Cléo, nous offre un concentré d’adolescence dans ce qu’elle a de plus compliqué et d’éclectique, mais surtout permet la mise en scène de situations très drôles.

En clair, ce roman nous fait revivre les meilleurs moments de notre adolescence, le tout arrosé de références culturelles actuelles – il est presque certain que j’aurais aussi adoré Lady Gaga – et connecté aux réseaux sociaux. Parce que moi aussi, je serai allée chercher mon crush du moment sur facebook et instagram, j’aurais attendu une demande d’ami, un like ou un texto.

Ce roman nous fait penser aux romans de Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicholson, qui ont bercé l’adolescence de plus d’un, nous avaient enchanté et fait rire. L’auteur d’ailleurs ne s’en cache pas dans ses remerciements, et lui rend un bel hommage par l’écriture de ces Mémoires d’une jeune guenon déjantée.

Ce roman devrait plaire à tous les adocescents et rendre nostalgiques tous les adultes. Diglee a un côté déjanté qui transparaît dans chaque page, dans les expressions de Cléo qui nous prend à partie – n’oublions pas qu’il s’agit d’un journal intime – et nous emmène avec jubilation et humour à sa suite, durant cette rentrée scolaire et jusqu’à Halloween.

Ce roman est fichtrement bien fait, vraiment drôle et devrait enchanter jeunes et moins jeunes. Vite, la suite !

Ma note : 5/5

Motel Lorraine de Brigitte Pilote

Par défaut

Brigitte Pilote, Motel Lorraine, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

Motel-LorraineMotel Lorraine n’est pas un roman comme les autres, tant par le choix de la narration que les thèmes qui y sont abordés. Sans parler des personnages ! Un roman qui ne laisse pas indifférent !

Nous sommes en 1977 à Memphis. Sonia vient d’y débarquer avec ses deux filles. Elle change souvent de ville, de manière aléatoire en pointant le doigt sur une carte. Elle parle de « destin », ce qui se comprend quand on sait qu’elle est diseuse de bonne aventure. La voilà donc, fuyant Montréal. Arrivée à Memphis, se loger devient problématique : la seule chambre qu’elle trouve à louer est située au Motel Lorraine, chambre 306, celle-là même où Martin Luther King fut assassiné en 1968. Sonia et ses deux filles, Lou, rebelle dans l’âme et Georgia, à la jolie voix, sont les premières occupantes de cette chambre depuis le drame qui continue de marquer la ville qui peine à se relever de cette tragédie. Dans ce contexte compliqué, toutes trois cherchent leur place dans ce monde devenu fou, en essayant de laisser le passé derrière alors qu’il continue à influer sur leurs décisions.

Dans ce roman, il n’est pas question d’action, de folle histoire autour de ces trois personnages, mais avant tout de saisir une ville à un instant T et les personnes qui la peuplent. Parce que ce roman, c’est avant tout un entrecroisement de nombreux personnages, tous un peu cabossés par la vie qui évoluent dans cette ville qui est devenue un symbole peu reluisant.

Les personnages sont fascinants, que ce soit Sonia et sa fille Georgia, qui ferait tout pour plaire à sa mère et surtout à sa sœur, Lou, qui se rebelle contre cette vie imposée par sa mère, mais aussi Lonzie au passé troublé par la mort de Luther King, photographe talentueux qui va entrer dans la vie de Lou, Aaron Eagle, son patron qui a eu confiance en lui et qui cherche à tout prix à l’aider, Jacqueline, femme de ménage au motel Lorraine ou encore Grace, chef de chorale à l’église qui mène son monde à la baguette. Tous ont leurs fêlures, et cela peu importe leur couleur de peau – l’auteur sème d’ailleurs le doute à ce sujet puisqu’elle ne le précise directement à aucun moment et c’est à nous de récolter les indices nous permettant de savoir ce qu’il en est. Leur passé vient tous les hanter et il leur est bien difficile de regarder l’avenir avec optimisme. Si ce n’est Georgia, la lumineuse Georgia, qui mange trop pour faire plaisir à sa mère qui a trop souffert par le passé de manque de nourriture, et qui espère devenir une grande chanteuse et avoir son nom au dessus des portes de l’église.

La force de ce roman, ce qui le rend si différent des autres mais peut être un peu perturbant, c’est bien la narration choisie par l’auteur. Chaque court chapitre suit un personnage en particulier, ce qui est précisé. Parfois le chapitre est écrit à la première personne, pour Lou ou Jacqueline par exemple, parfois à la troisième, pour Grace notamment. On fait également des sauts dans le temps, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur ces personnages, sans que ce que nous apprenons n’influe directement sur le cours de l’histoire. Les personnages n’en sont que plus profonds. On ne sait où l’auteur va nous mener, et c’est intriguant. Cela pourrait décourager, mais l’attachement qu’on porte aux personnages nous donne envie de savoir jusqu’où ils vont aller. La trame narrative tend vers le festival du coton et la chorale de la Pentecôte, on s’en doute assez rapidement. Mais en quoi ces deux événements vont influer sur la vie des deux jeunes filles que l’on suit principalement, voilà la grande inconnue.

L’auteur ne nous laisse pas sur notre faim, puisque des bonds temporels en 1982, puis en 2000, nous permettent d’avoir un rapide point de vue sur les personnages. Mais comme l’auteur réussit à nous surprendre à chaque instant, ce n’est pas par la voix des personnages auxquels on aurait pensé qu’elle nous dévoile leurs destins. Et c’est bien vu.

Ce roman est assez incroyable car il nous permet de nous projeter dans les années 70, dans cette ville de Memphis mythique, dans le tourbillon de Martin Luther King qui est peut-être l’un des personnages les plus importants de cette histoire, avec ce Motel Lorraine qui vit des lendemains difficiles après la mort en son sein de ce héros des temps modernes.

Chaque personnage est attachant et marquant, ce court roman est rythmé et bien écrit, la narration n’est pas conventionnelle et lui donne de la richesse. Un roman qui ne peut laisser insensible. Une jolie découverte.

Ma note : 4/5

Le souffle des feuilles et des promesses de Sarah McCoy

Par défaut

Sarah McCoy, Le souffle des feuilles et des promesses, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

LE_SOUFFLE_DES_FEUILLES_ET_DES_PROMESSES_hdChaque nouvelle publication de Sarah McCoy est un moment important pour moi. Son premier roman, Un goût de cannelle et d’espoir, résonne encore en moi. Ce nouveau roman n’a pas dérogé à la règle, ce fut encore une très belle lecture, un coup de cœur !

Hallie Erminie vit dans une plantation du Kentucky. Elle a toujours voulu devenir écrivain et écrit depuis toujours. Sa seule ambition est d’être publié, et cette idée devient fixe dès lors qu’elle termine son premier roman. En quête d’un éditeur, la voilà partie pour New-York où elle se bat comme une lionne pour arriver à ses fins. C’est lors d’un de ses passages newyorkais qu’elle croise la route de Post Wheeler, un journaliste fier de son célibat qui a décidé de ne pas prêter attention à l’ouvrage de Hallie Erminie. Sous de premiers abords peu avenants, la jeune femme découvre qu’il a des qualités inespérées et qu’il est en somme plutôt intéressant. Mais très vite, alors qu’une amitié profonde commence à lier les deux jeunes gens, le voilà qui part pour l’Alaska, la laissant seule dans ce New-York plein d’effervescence de la fin du XIXe siècle. Dès lors, leurs chemins vont se croiser durant des années, entre Etats-Unis et Europe, où Hallie Erminie ne tarde pas à se faire des amis. Cette proximité intellectuelle, doublée d’une attirance physique indubitable, vont être pendant tout ce temps réfrénés pour de multiples raisons qu’ils s’inventent l’un et l’autre. Parviendront-ils enfin à se trouver ?

Sarah McCoy s’attaque à une nouvelle période historique, après la Seconde Guerre mondiale et les prémices de la Guerre de Sécession, la fin du XIXe siècle où l’on sent les prémices de changements, une ébullition intellectuelle, l’essor de quelques femmes fortes. Ici, contrairement à ces deux précédents romans, l’auteur ne mêle pas passé et présent, ce qui créait automatiquement une tension narrative. Elle s’en affranchit et montre réellement son grand talent de conteuse, nous entraînant à la suite de Hallie Erminie et de Post avec délectation et frénésie.

La plume de l’auteur, et celle de sa traductrice, nous emportent avec délice dans cette histoire et derrière ces deux protagonistes principaux, ivres de liberté. C’est cette dernière qui les emmène toujours plus loin dans leur quête de vérité. Si le personnage de Hallie Erminie m’a profondément touchée et impressionnée, par son entêtement à réussir et son indépendance, sa force de caractère et son intelligence, Post est peut-être encore plus fascinant. Cet homme qui prône son célibat, qui part dans une mission insensée pour fuir ceux qui l’ont rejeté et leur prouver quelque chose, a une tête peut-être encore plus dure que celle d’Hallie et a des convictions auxquelles on est forcé d’adhérer. Et plus que tout, il croit en Hallie Erminie, persuadée de son talent, alors que le simple fait qu’elle soit une femme, sudiste qui plus est, aurait pu le retenir. Au contraire, il la considère comme son égal, et c’est presque rafraîchissant de découvrir un tel personnage, presque anachronique à une telle époque.

Quelque part, ce livre nous parle presque de l’émancipation féminine, Hallie Erminie ne cherchant pas un mari, se contentant pour exister pleinement d’écrire les histoires qui la traverse, usant de ses déboires et frustrations pour alimenter son inspiration. Les personnages féminins que nous rencontrons dans cet ouvrage sont presque plus forts que les masculins, plus volontaires et têtus.

Vous aurez compris que ces personnages et cette époque m’ont emballée. Mais les différentes aventures vécues par les personnages sont tout aussi passionnantes, à commencer par le périple de Post Wheeler en Alaska, où il se frottera au commerce, mais aussi à la quête de l’or. C’est peut-être le passage qui finalement m’a le plus marquée, alors même que son départ dans le nord m’a vivement contrariée, à l’instar d’Hallie. Les voyages de cette dernière, fuites en avant inspirants ses écrits, nous fascinent tout autant. Mais c’est sûrement ce New-York de la fin du XIXe siècle qui restera le plus présent dans mon esprit. On y sent un changement, un frémissement, une nouvelle Histoire qui est en train de s’écrire. Et je ne saurais dire en quoi cela tient, tout simplement en la magie de Sarah McCoy !

Ce roman, c’est donc deux personnages fascinants, leur histoire dont on espère la fin heureuse, leurs histoires à chacun qui les construisent petit à petit et leur font prendre des chemins parfois inattendus dans un pays prêt à entrer dans un nouveau siècle, une nouvelle ère, dont on ressent les premiers frémissements de changement. C’est un roman magnifique qu’il vous faut à tout prix lire. C’est un vrai coup de cœur.

Ma note : 5/5

La mort d’une princesse de India Desjardins

Par défaut

India Desjardins, La mort d’une princesse, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2017

La_mort_d_une_princesse_hdEnvie d’un roman léger, d’un moment de détente et de lâcher prise ? Un petit plaisir sans conséquence, qui fait du bien au moral ? Une lecture sympathique à lire en quelques heures pour se vider la tête ? Alors foncez sur La mort d’une princesse, c’est pile poil ce qu’il vous faut !

Sarah a la trentaine, un petit copain avec qui tout va bien, un boulot qui lui plaît et dans lequel elle s’investit. Aussi, quand elle part en vacances avec son jules, elle s’attend à une demande en mariage. Sauf que rien ne se passe comme prévu… Les vacances sont écourtées, elle rentre célibataire au bercail. Sept ans après, elle a mis de côté ses sentiments et les mecs, et se consacre à sa boîte de relations publiques dans laquelle elle est investie corps et âme. Elle croit dur comme fer que ça lui suffit amplement. Elle aime son boulot, réussit, c’est devenu une acharnée qui se contente de l’amitié de sa meilleure amie, mère célibataire. Mais est-il si facile de renoncer à l’amour ? Peut-elle continuer sa vie comme cela ?

Voici un roman feel good qui répond tout à fait aux attentes qu’un lecteur peut avoir en ouvrant ce type d’ouvrage. Le style de l’auteur est agréable, conforme à ce genre, le roman se lit ainsi en quelques heures. L’auteur n’est pas une nouvelle venue sur la scène littéraire, puisqu’elle rencontre un franc succès avec Le journal d’Aurélie Laflamme chez les adolescents. Cependant c’est la première fois qu’elle écrit pour des adultes, et c’est réussi. On ouvre ce roman comme on ouvrirait un roman pour adolescents, la frontière est plutôt ténue, mais ça fonctionne. C’est aussi bon qu’un carré de chocolat grignoté pelotonné dans son canapé.

Et si ça fonctionne aussi bien, c’est surtout qu’on ne tombe pas dans les écueils de ce type de genre littéraire « chicklit », avec des héroïnes gnangnans et des situations trop rocambolesques, franchement invraissemblables, à la limite du ridicule. Ce n’est pas le cas ici, du tout. Sarah est attachante, paumée, déçue par l’amour et qui ne supporterait pas d’être à nouveau blessée par un homme. C’est finalement une situation que beaucoup de trentenaires actuelles connaissent, et je parle en connaissance de cause ! Il est donc facile de s’identifier à elle. Les autres personnages sont aussi sympathiques, à l’instar d’Anik, la meilleure amie, elle aussi aigrie des relations amoureuses, ou Jean-Krystofe, son assistant d’une vingtaine d’années qui met une touche d’humour dans le récit.

La seule petite chose que je trouve dommage dans ce roman, ce sont les « communiqués pour diffusion immédiate » qui parsèment le roman. Le but est certainement d’apporter une touche d’humour supplémentaire, mais pour être honnête, ça m’a plutôt ennuyée et pas fait franchement sourire, ça arrive comme un cheveu sur la soupe en plein milieu du récit et n’apporte pas grand chose. A tel point que je ne les lisais plus au bout d’un moment.

Ce n’est pas le roman de l’année, certes, ni celui qui va révolutionner le genre. Mais personnellement, je n’ai pas très envie d’une telle révolution, cherchant dans ce type de lecture pile poil ce que ce roman m’a apporté. C’est un chouette roman feel-good, dont on tourne les pages frénétiquement pour savoir comment va finir l’histoire de Sarah, bien qu’on se doute de la fin. Et c’est une fin qu’on attend, n’ayons pas honte de le dire ! Ce roman apporte donc quelques heures de lecture sans conséquence, un moment de lecture agréable qui fait du bien au moral. Que demander de plus ?

Mention spéciale à la couverture, réalisée par Diglee, qui illustre parfaitement l’ambiance du roman, qui donne envie de le prendre en main et de le commencer.

Ma note : 4/5