Archives de Tag: La disparue

Lune Mauve #3 L’Affranchie de Marilou Aznar

Par défaut

Marilou Aznar, Lune Mauve #3 L’Affranchie, Casterman, Paris, 2014

lune mauve 3 affranchieVoilà une suite que j’ai attendue avec impatience, et je ne suis pas déçue du résultat ! Avant de commencer, ce billet va forcément contenir quelques spoilers, difficile de faire autrement. Alors, je vous conseille de lire ma chronique du tome 1 et/ou celle du tome 2, et encore mieux de lire les romans !

Cela fait quelques mois que Séléné s’est enfuie de Viridan, ce monde parallèle très étrange qui perpétue les cultes aux Dieux mésopotamiens, dont Ishtar et Marduk. Mariée contre sa volonté à Vadim, elle essaie d’oublier tous ces événements en reprenant sa vie de lycéenne “normale”. Elle pense toucher du doigt le bonheur quand elle retrouve Thomas, le garçon qu’elle aime, devenu star de musique entre temps. Cependant, sa cousine Alexia l’inquiète. Bien qu’elles ne soient pas proches, Séléné l’a sauvé alors qu’elle était prise dans les griffes du traître Dagan, qui ne voue pas un culte à Ishtar mais travaille au retour du Dieu Marduk, impitoyable. D’ailleurs, sa cousine est souvent vue avec une femme étrange, devient bizarrement gentille avec Séléné et ne s’intéresse que peu à la vie au lycée de Darcourt, alors qu’elle était habituée à en être la reine. Alors qu’elle se remet de ces terribles événements et d’un séjour dans un centre hospitalier, ce soudain changement de comportement et cette femme mystérieuse inquiètent Séléné. Et si les intrigues autour de Marduk et de Viridan continuaient à faire rage dans son monde et menaçaient toujours ceux qu’elle aime ?

Plus court que les précédents, ce tome nous offre ce qu’on peut attendre d’une suite, qui ne marque pas la fin d’une saga. Se nouvelles intrigues et des revirements importants y prennent place, et on se demande bien qu’elle sera l’issue des aventures de Séléné. L’intrigue peine un peu à se mettre en place, on passe beaucoup de temps à s’intéresser au retour à la vie normale de Séléné. Mais ceci est bien nécessaire, puisque le but de l’auteur est bien sûr de nous montrer que ce retour à la normalité est bien illusoire pour la messagère d’Ishtar, personnage capital dans l’avenir de ce monde fascinant qu’est Viridan… Puis tout s’accèlère d’un seul coup : si la première partie du roman prend place sur un mois, la seconde se déroule en 3 jours. Notre héroïne, son professeur de père et Thomas sont pris dans une enquête pour retrouver un objet bien particulier, une oeuvre d’art aux pouvoirs redoutables, qu’ils ne sont pas les seuls à rechercher… et qui les emmènera à voyager, ce qui ajoute une belle touche d’exotisme, si on n’en avait pas assez avec Viridan. Mon seul bémol : beaucoup d’aspects caricaturaux de ce pays où ils se rendent. Malgré un côté sombre, du à la tâche qui les amène dans ce pays, ça donnerait presque un aspect un peu Disney (Disney-sombre si vous voulez), où on retrouve les éléments qu’on imagine dès qu’on pense à ce pays. Mais ce roman s’adressant à des adolescents, on pardonne ces raccourcis, et ça ne m’a pas empêché de suivre avec passion les péripéties de nos héros !

Encore une fois, Marilou Aznar a comblé l’ancienne étudiante en histoire de l’art que je suis, en menant Séléné dans les salles du département des antiquités orientales du Musée du Louvre que je ne connais que trop bien, à la découverte de trésors, et notamment les taureaux ailés de Khorsabad. Je ne peux qu’encourager les lecteurs qui ne s’y sont jamais rendu à aller y faire un tour avec un tome de Lune Mauve dans les mains pour une séance de lecture bien particulière !

Marilou Aznar met toujours en lien ces romans avec l’environnement des jeunes du XXIe siècle par petites touches… Pour ce tome, en tête de chapitres, on trouve des tweets d’Alexia, nous montrant à quel point celle-ci ne s’est pas remis de son traumatisme. Je ne peux malheureusement en dire plus sans révéler toute l’intrigue de ce roman…

Séléné prend toujours plus d’envergure, tome après tome, et surtout après les événements traumatisants qu’elle a vécu. Alexia devient un personnage fascinant et intriguant dont on veut comprendre les mystères. Par contre, Thomas perd un peu de son intérêt, à mon humble avis, dans ce tome. La suite me dira si mes hypothèses, que je n’exposerai pas ici, se vérifieront…

La fin est encore une fois assez dramatique, et m’a assez surprise… Ce qui est devenu rare pour des romans jeunes adultes ! Encore une fois, Marilou Aznar a réussi à m’émerveiller, et à me faire trépigner d’impatience en attendant le dernier tome…

Ma note : 4/5

Publicités

Concours Lune Mauve – question !

Par défaut

Lune-mauve-t2 - copie

Bonjour à tous !

On y est enfin ! C’est à mon tour de dévoiler la question à laquelle vous devez répondre en commentaire dans le cadre du concours Lune Mauve dont je vous parlais ici.

Petit rappel : répondez à cette question en commentaire en précisant votre prénom et votre nom ou un pseudo (utilisez les mêmes sur tous les blogs). Attention, cinq blogs ont déjà proposé une question, et deux autres vont le faire demain, pensez à bien répondre à toutes les questions, sur tous les blogs, sans oublier d’aller sur le blog de Marilou Aznar vendredi pour l’ultime question !

Vous trouverez les questions déjà publiées en suivant ces liens :

Un jour. Un livre. / Calidoscope / Délivrer des livres / Les livres d’Alily et d’Audrey / Loraah Books

A gagner : des livres Lune Mauve #1 et #2, ainsi que des goodies.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors, c’est parti !

Dans quelle région française Séléné a-t-elle grandi ?

Pour la suite du concours, pensez à suivre les fils Twitter et Facebook de Casterman Jeunesse et de Marilou Aznar, tous les liens sont dans mon précédent article ! Je vais essayer de faire de mon mieux pour tout partager sur ma propre page Facebook, alors restez à l’écoute !

Bon courage à tous !

Lune Mauve #2 L’Héritière de Marilou Aznar

Par défaut

Marilou Aznar, Lune Mauve #2 L’Héritière, Casterman, Paris, 2013

Lune-mauve-t2Quelle suite, mais quelle suite ! Je conseille à ceux qui n’ont pas lu le premier tome de le faire, déjà, ou encore de lire ma précédente chronique parce que celle-ci va forcément contenir de nombreux spoilers… Vous êtes prévenu !

Nous retrouvons Séléné, de retour au lycée Darcourt. Après quelques semaines passées à Viridan, le monde auquel sa mère appartenait, ce monde emprunt d’anciennes croyances mésopotamiennes, où la lune est mauve, le culte rendu à Ishtar prédominant et où elle a reçu un enseignement accéléré de T’sent, ces prêtresses auxquelles elle appartient depuis qu’elle est devenue la messagère d’Ishtar, elle est de retour à Paris. Et ce n’est pas simple : tout en suivant normalement les cours afin de ne pas se faire remarquer, accompagnée en cela par Cléo, une jeune T’sent qui aurait dû devenir la messagère à sa place, elle doit aider cette dernière, ainsi que Vadim, héritier du trône de Viridan depuis la chute du tyran Edon, et de Dagan, à trouver un antidote au Fléau qui tue à petit feu toutes les femmes de Viridan. Séléné souhaite avant tout revenir à sa vie d’avant, une vie normale où elle pourrait être heureuse avec Thomas, la star montante du rock français, gérer sa peste de cousine Alexia, profiter de ses amis Nora et Rimbaud, passer du temps avec son père et sa grand-mère Milou. Mais la quête de l’antidote n’est pas de tout repos, surtout quand une secte qu’ils pensaient disparue s’acharne à contrecarrer leurs projets et qu’elle doit gérer ses sentiments pour celui qu’elle a abandonné après leur seule nuit ensemble et qui l’a cru un temps morte…

Marilou Aznar nous offre une suite à la hauteur du premier opus, ce qui est souvent un exercice difficile. Pari réussi ! La très belle écriture de la romancière accompagne Séléné, qui connaît dans ce volume de nombreuses péripéties et qui doit se sacrifier pour protéger les siens et arriver à ses fins, pour venger sa mère et son demi-frère Laszlo et revenir à une vie plus simple. A nouveau, les troubles de l’adolescence, les premiers amours, les jalousies et tout ce qui sous-tend l’adolescence sont bien présents. Cependant, après un premier volet introductif, qui accompagnait la prise de conscience de Séléné de ses origines et du monde de sa mère, on en vient enfin à des éléments bien plus concrets de l’histoire. Viridan est  directement abordé, avec sa mythologie, ses rituels, ses croyances et ses coutumes. Basé sur la civilisation mésopotamienne, Marilou Aznar a poussé très loin ses recherches, allant jusqu’à expliquer la création de ce monde “parallèle”, se basant sur des faits historiques et archéologiques, et autour des croyances des anciennes civilisations. Autant vous dire que j’ai grandement apprécié ces passages ! Mais je ne vous en dirai pas plus, si ce n’est que tous ces points sont abordés par le père de Séléné, universitaire de renom, que ce soit au travers de petites citations tirées de ses notes personnelles sur ce monde particulier en début de chapitre – carnet que je serais bien curieuse de feuilleter un jour… à bon entendeur ! – ou de ses réflexions au sein du roman, ce qui rend le propos d’autant plus plus fort !

Les personnages sont toujours aussi attachants et intéressants, Séléné prend de l’envergure. Je regrette que le personnage de Nora soit si peu présent dans ce tome, et l’absence totale d’Adrien. Mais la belle galerie de personnages que l’auteur nous dépeint s’étoffe encore dans cet ouvrage, avec les trois personnages de Viridan, aussi antipathiques soient-ils, mais surtout avec l’apparition de Rimbaud, haut en couleur, à la langue acérée, qui fut un de mes personnages coup de coeur de ce roman. J’espère que ce personnage va s’étoffer dans le prochain tome, et qu’on le retrouvera au meilleur de sa forme !

Un grand coup de coeur que ce second volet des aventures de Séléné que j’ai littéralement dévoré. Une belle plume qui mêle à la perfection les déboires adolescents et les aventures fantastiques. Un univers dans lequel j’ai hâte de me replonger !

Ma note : 5/5

Lune Mauve – La disparue de Marilou Aznar

Par défaut

Marilou Aznar, Lune Mauve – La disparue, Casterman, Paris, 2013

Lune Mauve de Marilou Aznar

Lune Mauve de Marilou Aznar

Cette lecture fait suite à mes deux journées au Salon du Livre, comme ce fut le cas pour I hunt killers de Barry Lyga. C’est Myriam de Un jour. Un livre. qui m’a parlé de ce livre, me disant qu’il était tout en haut de sa PAL et qu’elle comptait bien se le faire dédicacer par l’auteur au salon. Après ma lecture des trois premiers chapitres, disponibles en ligne, je me suis dit qu’il fallait que je le lise, et la possibilité de me le faire dédicacer m’a poussée à l’acheter directement au salon. Rencontrer Marilou Aznar fut vraiment un très bon moment, et rien que pour cela, craquer et acheter ce roman fut rentabilisé. Mais après avoir achevé la lecture de ce roman en deux jours – c’est décidément mon rythme du moment – je peux vous dire qu’il vaut vraiment le coup !

Séléné n’a pas 16 ans et intègre un lycée très huppé parisien, Darcourt. Originaire de Bretagne, c’est un choc des cultures qu’elle subit. Hébergée par Milou, sa grand-mère, et laissant derrière elle son père, éminent universitaire, à Rennes, elle tente difficilement de trouver ses repères dans ce nouvel environnement. Elle pensait qu’être la cousine de la très huppée Alexia d’Hauterive lui permettrait de s’intégrer, cependant il n’en est rien. Celle-ci l’ignore, voire la snobe et la ridiculise. Mais si Séléné en est touchée, elle n’en montre rien, car elle a un sacré caractère. Avec ses amis Nora et Adrien, elle tente de survivre à la cours d’Alexia, comprenant le très énigmatique Thomas, et ce malgré les rêves en lien avec sa mère, disparue des années plus tôt, et les tableaux qu’elle peignait qui la hantent. Petit à petit, sur fond de drames de lycéens, le mystère s’épaissit… Qui est cette fille aux longs cheveux gris qui la suit et lui suggère de ne se fier à personne ? Qui est le beau Laszlo, qui semble s’intéresser à sa cousine, puis, contre toute attente, à elle ? Pourquoi sa mère s’est volatilisée des années plus tôt ?

C’est un exercice bien difficile que d’écrire cette chronique sans trop en dire… Marilou Aznar nous offre un roman pour jeunes adultes très bien écrit, aux personnages très attachants. Ce n’est pas juste un énième livre de science fiction pour ados, mais un livre qui mêle les ressentis de jeunes lycéens face à la difficulté de s’intégrer, de se faire des amis, face au trouble des sentiments, aux scandales et aux humiliations,  au suicide, à la dépression et à la mort. Elle réussit très bien à rendre compte de cette réalité. D’ailleurs, dans ce lycée très huppé, une jeune fille qui aime beaucoup les ragots n’hésite pas à ouvrir un blog qui calomnie les jeunes du lycée, dans le style de Gossip Girl – ceux qui ont lu les livres ou vu la série comprendront. Ce rendu réaliste des sentiments m’a également fait penser au Monde de Charlie, gros coup de coeur de janvier. Ceci vous montre à quel point j’ai apprécié ce roman !

La partie science-fiction se révèle dans la seconde et troisième partie du roman. Car l’auteur découpe son ouvrage en trois parties, ce qui est très cohérent face aux changements que connaît Séléné. Je ne m’y attarderait pas, ayant trop peur de trop en révéler, mais les liens avec les anciennes civilisations de Babylone ont enchanté l’ancienne étudiante en histoire de l’art et d’archéologie que je suis ! J’ai hâte de lire la suite, afin de découvrir les développements apportés sur ces points.

Les personnages sont pour certains attachants, pour d’autres horripilants, mais tous très bien construits. Séléné, bien entendu, mais également Adrien, Nora, Thomas – personnage plein de surprises mais je n’en dirai pas plus -, Alexia et le très énigmatique Laszlo. Si pendant un temps, j’ai eu peur que l’intrigue tombe dans le très commun triangle amoureux, si présent dans les romans Young Adult, j’ai été rapidement rassurée à ce sujet, et l’intrigue est d’ailleurs déconcertante et complètement inattendue ! Marilou Aznar réussit à nous surprendre, ce qui a dû être un très grand challenge, challenge relevé avec brio !

J’ai particulièrement apprécié que l’intrigue se passe en France… C’est devenu tellement rare, même pour un auteur français.

Je n’en dirai pas plus, j’ai peur d’en avoir déjà trop dit… Certains trouveront que la première partie est un peu longuette, personnellement, je trouve qu’elle est nécessaire pour mettre en place l’intrigue. Le roman est très bien construit, les trois parties structurent bien le récit. Chapeau bas !

A lire absolument !

Ma note : 5/5