Monsieur Mozart se réveille d’Eva Baronsky

Par défaut

Eva Baronsky, Monsieur Mozart se réveille, Piranha / Le Livre de Poche, Paris, 2014 / 2016

monsieur mozart se réveilleVoici un roman pas comme les autres, basé sur une idée originale : et si, sur son lit de mort, Mozart ne disparaissait pas vraiment mais était catapulté au début du XXIe siècle, au milieu de technologies qu’il n’aurait pu imaginer, de manières de faire, d’être et de vivre bien différentes de ce qu’il connaît, entourés de sons en tous genres ? Comment évoluerait son art ? Serait-il pris au sérieux ? Beau postulat, n’est-ce pas ? Et bien, Eva Baronsky réussit son pari, et nous entraîne aux côtés d’un Mozart loufoque à la conquête de Vienne !

Wolfgang Amédée Mozart est sur son lit de mort. Il sait que c’est la fin. Il s’endort et se réveille… au XXIe siècle ! Persuadé d’être au Paradis, il ne comprend pas le monde qui l’entoure, ces gens rustres qui lui parlent comme à un valet, qui ne savent pas qui il est. Serait-ce l’Enfer ? Tout cela est improbable ! Il ne reconnaît rien dans les rues, ne comprend pas la musique qu’il entend. D’ailleurs, comment peut-il en entendre alors qu’il n’y a pas d’orchestre dans la pièce ? Le son semble sortir d’une sombre machine… Comment un orchestre entier peut y tenir alors qu’un seul homme ne le pourrait pas ? Et quel est cette nouvelle manière de vivre, sans servante, à se rendre soi-même dans cet étrange lieu pour acheter à manger, à se déplacer dans ces étranges équipages sans chevaux, à entrer dans un tunnel pour monter dans ces drôles de wagonnets et en descendre dans un autre lieu ? Tout cela est improbable, et s’il n’y comprend rien, il se rend compte qu’une mission divine a dû lui être confiée : achever son Requiem, l’œuvre de sa vie, qu’un de ses disciples a eu l’outrecuidance de « finir » avec si peu de talent qu’il ne peut laisser écouter une telle chose en son nom. Mais l’achever tout en essayant de vivre dans ce monde absurde n’est pas si simple, et s’il y trouve quelques alliés, son décalage en interroge plus d’un… Et s’il ne parvient pas à achever son œuvre ? Restera-t-il coincé dans ce siècle ? Mourra-t-il ? Est-il envisageable de construire une vie durable dans une époque qui n’est pas la sienne ?

Eva Baronsky nous propose un livre étonnant, inattendu, à l’histoire on ne peut plus originale. Et même sans être un connaisseur en musique classique et plus particulièrement en Mozart, on passe un très bon moment à savourer des musiques qu’on parvient à écouter grâce aux mots de l’auteur. Si ce n’est pas un tour de force ! On imagine plus volontiers l’anachronisme contraire, en catapultant un personnage du présent dans un passé plus ou moins lointain : cela a été vu et revu, avec plus ou moins de succès, et est évidemment lié au fantasme de se plonger dans l’Histoire qui fascine. Mais un anachronisme vivant plongé dans notre époque, voilà qui est moins commun et qui est bien prometteur !

Evidemment, on se délecte des péripéties de Mozart, de ses multiples mésaventures, des situations loufoques dans lesquelles il a le don de se fourrer. Et on ne peut que se demander, même si c’est complètement fou, comment on vivrait sa situation. Réussirait-on à s’en sortir ? Mais c’est sans compter le culot de notre musicien qui est bien sûr de lui et de son art, et qui réussit par l’intermédiaire de ce dernier à se trouver un collaborateur, logeur et ami en la personne de Piotr, réfugié, un peu paumé, violoniste moyen mais au cœur d’or, qui va faire de bien grandes concessions pour cet homme qu’il pense à moitié fou mais au talent infini. Et que dire des situations amoureuses dans lesquelles se fourre ce grand sensible d’artiste, qui vont presque le mener à sa perte ? Les personnages sont bien dessinés, bien amenés, attachants ou énervants à souhait, à l’image d’une époque que ne peut comprendre un Mozart complètement perdu.

L’auteur réussit un grand pari, puisqu’elle parvient à mêler un style et un parler très actuel, avec une écriture très XVIIIe siècle, un style bien plus ampoulé quand s’exprime notre grand artiste. Cela renforce l’idée maîtresse du livre et rend singulier ce personnage que ses rencontres ont bien du mal à cerner. On en vient même nous à se demander si cet homme n’est tout simplement pas fou, amoureux de Mozart et très doué dans l’art de la composition musicale, au point d’avoir usurpé son identité… Mais on ne veut pas y croire ! Les mots de Mozart, comme la retranscription en mots par l’auteur de sa musique rendent ce roman tout à fait unique et fascinant.

Pour faire court, ce roman a quelque chose que d’autres n’ont pas. Malgré tout, il comprend de nombreuses longueurs, et s’arrête trop longtemps sur les incompréhensions d’un Mozart perdu dans un monde qu’il ne connaît et ne comprend pas. On imagine bien qu’il ne sait pas ce que sont les toilettes ou les douches, l’électricité, un téléphone, une chaîne stéréo ou une télévision ; qu’il ne connaît pas le jazz ni le rock ; qu’il ne comprend pas nombre d’expressions employés, ne connaît pas la monnaie utilisée et ne reconnaît pas sa ville. Cependant, s’arrêter longuement sur chacun de ces points devient un peu lassant à la longue, et c’est bien dommage. Si la trame narrative est cohérente, bien faite et intéressante, j’ai trouvé la fin un peu bâclé, un peu rapide et abrupte. Je ne sais pas bien à quoi je m’attendais, certainement pas à une fin conventionnelle au vu de l’histoire contée ici, mais celle-ci me paraît trop imparfaite, même si elle laisse le champ ouvert à tout type d’interprétation.

Un roman à l’histoire étonnante, originale et prometteuse, une belle écriture qui s’adapte aux personnages qui s’expriment, passant d’un style contemporain à un autre très XVIIIe siècle, des personnages hauts en couleur, une trame narrative intéressante malgré quelques longueurs. A découvrir pour un moment savoureux !

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s