L’instant précis où les destins s’entremêlent d’Angélique Barbérat

Par défaut

Angélique Barbérat, L’instant précis où les destins s’entremêlent, Michel Lafon / J’ai Lu, Paris, 2014 / 2015

Ecouté en audiolivre : lu par Marine Royer, Audible FR, 2016

l-instant-precis-ou-les-destins-s-entremelent-383976-250-400J’ai eu la chance de gagner quelques audiolivres pour tenter l’expérience d’écouter des livres au lieu de les lire. Très sceptique au début, mais extrêmement curieuse, je me suis lancée dans l’écoute de ce roman d’Angélique Barbérat dont j’avais beaucoup entendu parler et qui me tentait depuis un moment. Expérience réussie pour une histoire captivante, difficile mais bien contée, qui se laisse écouter toute seule !

Kyle a vécu l’enfer alors qu’il n’était qu’un enfant : son père battait sa mère, et c’est lui qui a retrouvé son corps sans vie un matin, morte à force de coups. Parti pour San Francisco sous la protection de sa demi-sœur, Jane, il se réfugie dans la musique tout en espérant ne jamais devenir comme son père, que cette violence ne soit pas inscrite dans ses gènes. Il parvient à s’extraire de l’enfer et rencontre le succès grâce à son groupe de musique, connu à l’international.

Coryn a grandi en Angleterre dans une famille nombreuse. Très belle et seule fille au milieu de nombreux garçons, son père cherche à la protéger en favorisant son mariage avec Jack Brannigan, charmant et doué dans son métier de vendeur de voitures. Mais la jalousie l’étreint en pensant à sa magnifique femme qu’il aime follement, et la violence prend le pas sur cet amour. La privant de tout contact extérieur, juste le strict minimum pour s’occuper de leurs enfants, n’ayant pas le doit de regarder la télévision ou d’écouter la radio, elle est coupée du monde, faible et blessée et se sent très seule.

La rencontre de ces deux écorchés par la vie va les ébranler et les secouer de manière irrémédiable. Pourtant à l’instant précis où les destins s’entremêlent, ils seront changés à jamais et ne pourront, ni ne voudront, revenir en arrière.

Angélique Barbérat nous propose une histoire poignante sur les violences conjugales, bien cachées derrière des murs dorés et des coups bien dissimulés. Elle traite ce sujet difficile avec beaucoup de sensibilité et de gravité, tout en proposant une histoire émouvante et pleine d’espoir. L’histoire d’amour de ces deux êtres à jamais liés s’avère impossible, mais elle entraîne le lecteur dans les tournées de Kyle et dans le quotidien de Coryn avec cette idée que tout peut, que tout doit, s’arranger.

Si certains événements de l’histoire semblent évident, comme le fait que Coryn finira par rejoindre le centre pour femmes battues dirigé par Jane, la demi-sœur de Kyle, on prend beaucoup de plaisir à voir ces événements se produire, comme de petites victoires sur le destin de ces personnages qui s’amorçait si mal. L’auteur réussit à entremêler le destin de chaque personnage, et même si certaines petites choses paraissent improbables, on se laisse prendre au jeu, comme souvent à la lecture de romans de ce type, romantiques et dramatiques, pour notre plus grand plaisir.

Mon seul petit regret est peut-être que l’auteur ajoute du dramatique au dramatique, et même si la fin n’est pas trop pesante, qu’elle parvient à insuffler de l’espoir malgré tout, elle aurait peut-être pu l’éviter. Elle ne voulait peut-être pas donner le happy end typique et attendu de ce genre de livre, et voulait sans doute compliquer un peu la tâche des personnages, mais je ne suis pas sûre que cela ajoutait vraiment quelque chose d’essentiel à la trame narrative.

Difficile maintenant de parler de l’écriture de l’auteur quand on écoute un roman. A écouter, les mots s’enchaînent de manière fluide et c’est très agréable. J’avais peur au début de perdre le fil des mots, de partir dans mes pensées comme quand on écoute de la musique ou la radio, et de ne plus savoir où j’en étais dans le récit. Mais de manière étonnante, je n’ai eu aucun mal à me concentrer, et à faire autre chose de mes mains et de mes yeux en même temps, que ce soit marcher dans la rue ou prendre le bus, mais plus encore faire des travaux manuels. Je me suis remise ainsi à tricoter, et je n’avais plus à choisir entre cette activité et la lecture d’un roman, cette dernière étant généralement gagnante sur la première. Le risque est sûrement de ne pas apprécier la voix du narrateur, mais elle est ici plutôt agréable. Sur les sites dédiés à ce type de produits, on peut écouter des extraits permettant de savoir si la voix nous sera insupportable ou non. J’avoue que j’en écoute un autre en ce moment, et je préfère cette voix à celle du roman d’Angélique Barbérat, qui était un peu mielleuse à mon goût.

En somme, Angélique Barbérat nous propose un beau roman sensible et fort, et si l’envie vous prend d’écouter plutôt que de lire les mots de l’auteur, je ne peux que vous recommander cette nouvelle expérience !

Ma note : 4/5

Publicités

"

  1. Pingback: La vie enfuie de Martha K. d’Angélique Barbérat | Brèves littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s