Soleil brisé de M.O. Walsh

Par défaut

M.O. Walsh, Soleil brisé, Michel Lafon / Le Livre de Poche, Paris, 2015 / 2016

soleil briséUne belle découverte que ce roman ! Sceptique au début, de par le résumé et les premières pages, j’ai été finalement conquise par ce récit atypique qui revient sur les désirs de l’adolescence qu’on en vient à considérer comme honteux, les bons sentiments et les faux-semblants, les secrets et la reconstruction après un drame. Un roman lent, dense, puissant.

Cette histoire se déroule à Bâton-Rouge en Louisiane. Le récit débute à l’été 1989. Le narrateur est enfin en vacances, a 14 ans et il est obsédée par une de ses voisines, à peine plus âgée que lui, Lindy Simpson. Mais un soir de cet été, plaque tournante du récit, elle se fait agressée. Elle n’a pas vu son violeur, et la police ne retrouvera pas son agresseur. Mais qui, dans ce quartier calme, a pu faire quelque chose d’aussi abominable ? Les fondations de cette rue banale vont s’ébranler… Quels secrets se cachent derrière les portes de ces maisons ?

Le récit s’articule autour de cette nuit-là. Le narrateur, qui nous narre cette histoire qui l’a profondément marqué, raconte ce qu’il s’est passé avant le drame, puis après, et surtout durant les deux années qui ont suivi cette nuit fatidique. Mais pourquoi culpabilise-t-il à ce point, et y pense-t-il toujours autant 30 ans après ? Dès le départ, il se considère comme l’un des suspects de cette tragédie. Mais pourquoi ? Qu’a-t-il à se reprocher ? C’est tout doucement qu’il nous mène sur la voie.

La force de ce roman est de nous mener petit à petit vers la résolution probable de cette tragédie. Mais surtout, il nous parle de culpabilité et de reconstruction après un drame. Que va devenir Lindy ? Comment va-t-elle réussir à se reconstruire ? Et sa famille ? Quant au narrateur, qu’est-il prêt à faire pour avoir enfin ses faveurs ? Parce que le doute subsiste quant à son implication réelle dans le drame, même si on ne peut vraiment imaginer qu’il y soit directement lié.

Se greffe à cela la vie d’une communauté toute entière. Tout d’abord la famille du narrateur, dont les parents sont séparés, la mère toujours amoureuse du père et le père en couple avec une jeune fille qui a presque l’âge de la sienne. De quoi perturber le dernier de cette famille de trois enfants, dont les plus âgés sont des filles déjà parties du nid. Mais un drame supplémentaire va venir ébranler l’équilibre familial précaire. Comment la mère va-t-elle réagir, alors même qu’elle doute de l’innocence de son fils dans l’affaire Lindy Simpson ?

Une fenêtre sur la famille Simpson va également nous être ouverte. La famille de cette jeune fille unique d’un couple a priori uni va voler en éclats. La culpabilité qui ronge le père va être un autre obstacle au bien-être de la communauté.

Puis il y a aussi la famille Landry, atypique au possible. Le couple fait office de famille d’accueil dont les enfants paumés changent très régulièrement. Mis à part Jason, dont tout le monde se méfie. Mais ce garçon est-il coupable ? Est-il bien traité ? Et quid du père et de la mère ?

Par les yeux du narrateur trente ans après les faits, on nous dépeint une société qui se dévoile page après page. Les secrets éclatent petit à petit après le viol de Lindy, et la rue tranquille où jouaient ensemble les enfants qui semblait si idyllique cachait bien des secrets derrière les portes des maisons.

Ce qui est aussi agréable à observer au travers des yeux du narrateur, c’est la vie à Bâton Rouge, où la chaleur est étouffante et habituelle, où les enfants jouent librement à la fin des années 80, où certains jeux consistent à venir à bout d’insectes dévastateurs. Le lien avec La Nouvelle Orléans est aussi abordé, Katrina et son désastre, la fuite des habitants vers Bâton Rouge, la dichotomie des deux villes. On touche avec ce roman à la « vraie vie » des habitants de cette région des Etats-Unis, et c’est passionnant.

La touche psychologique du roman, portée par une belle plume, directe, incisive, vraie par la voix d’un narrateur touchant dans sa démarche et sa fragilité, est fascinante et vaut le détour. L’avenir des personnages principaux, le narrateur, sa famille et Lindy, n’est pas passé sous silence, mais ne tombe pas non plus comme un cheveu sur la soupe, il sert le récit et explique la démarche du narrateur.

Pour conclure, un roman fort, qui m’a marquée. Pas un simple roman sur une enquête, pas la simple chronique d’une rue d’une ville du Sud des Etats-Unis et de ses habitants, il s’agit d’un vrai roman psychologique, bien écrit, qui nous parle d’adolescence, de désirs cachés et honteux, de reconstruction. Un roman d’ambiance à lire d’urgence.

Ma note : 5/5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s