Evénement Mon Cher Stagiaire de Anouk Laclos

Par défaut

— Lancement du roman Mon Cher Stagiaire de Anouk Laclos —

2016-05-02 19.55.25Le jeudi 2 juin, j’ai eu la grande chance d’être invitée au lancement d’un roman érotique paru chez Calmann-Lévy, Mon cher stagiaire de Anouk Laclos. Pour changer un peu, l’auteur a eu la bonne idée de modifier l’approche du réCapture d’écran 2016-06-20 à 21.22.22cit, qui dans ce type de roman reprend la plupart du temps le schéma typique de l’homme fort qui va prendre sous son aile une jeune femme frêle qui a besoin de changement dans sa vie. Ici, ce n’est pas le cas, les rôles sont inversés. Une femme de pouvoir, qui se remet de la mort de son époux, va apprendre à revivre, à redécouvrir son corps et va initier son jeune stagiaire aux plaisirs charnels.

 

Quand je fus conviée à cet événement, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Il nous était promis une redécouverte de nos sens, dans un lieu atypique de Pigalle. C’est intriguée que je me suis rendue dans ce lieu confidentiel, ce bar habituellement érotique, l’ancienne garçonnière de Cocteau et Marais, dont la porte est cachée derrière une porte cochère tout à fait banale… L’ambiance tamisée m’a accueillie, une jeune femme m’a donné un petit carton avec 5 pictogrammes à faire poinçonner au cours de la soirée, afin de pouvoir accéder à la porte 69… 5 sens, donc, à explorer et éveiller.

2016-06-20 21.32.05

  • Le goût fut très classique, puisqu’il s’agissait de goûter aux petits fours qui nous étaient gentiment proposés. Pour le reste, cela se corse un peu.
  • Grâce à un long tuyau, des extraits de poèmes de Baudelaire nous furent chuchotés à l’oreille…
  • Pour la vue, on nous montra par un trou percé dans une boîte une scène suggestive, de quoi jouer au voyeur.
  • Pour le toucher, nous plongeâmes nos mains dans de grand vases, afin de découvrir différentes textures que nous dûmes ensuite décrire : plumes, cuir, corde, billes d’hydrogel. Nos réactions furent différentes, ce fut dont très intéressant !
  • Enfin, pour l’odorat, nous avons senti différents parfums d’homme, étiquetés par des prénoms masculins, ce qui nous informe à la fois sur ce que nous inspire un prénom, puis sur une odeur. Et il n’est parfois pas facile de faire abstraction du prénom associé… Ce fut certainement l’expérience qui m’a le plus enthousiasmée, la discussion autour de nos impressions et de l’homme que nous imaginions porter telle ou telle fragrance fut animée et rigolote.

Une fois les cinq sens explorés et validés, je pus enfin ouvrir la porte 69… pour découvrir un fumoir magnifique, une décoration art déco d’époque – ce qui était aussi le cas du bar – et le fauteuil Emmanuelle utilisé dans le film du même nom. Un lieu incroyable à découvrir, conservé de manière exemplaire, où on fut complètement plongée dans une autre atmosphère, dans un autre temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce fut une formidable expérience, et surtout une manière tout à fait originale de promouvoir un roman ! Seule petite déception : l’absence de l’auteur… Il est vrai qu’elle souhaite rester anonyme, mais j’espérais la trouver derrière cette fameuse porte… Ce sera pour une prochaine fois !

Ma chronique du roman arrivera dans les prochaines semaines.

Lecturement vôtre !


Anouk Laclos, Mon Cher Stagiaire, Calmann-Lévy, Paris, 2016

Orphée Privée, 7 rue Pierre Fontaine, 75009 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s