Les monologues du vagin d’Eve Ensler

Par défaut

Eve Ensler, Les monologues du vagin, Denoël, Paris, 2015 (nouvelle traduction)

les monologues du vaginJe n’ai jamais vu la pièce de théâtre. Mais j’en ai entendu parler. Et beaucoup. Et souvent. Alors il fallait que je jette un coup d’oeil à ce livre qui fait partie de ces choses qui ont libéré les femmes. Quand Denoël a proposé une nouvelle traduction du texte de Eve Ensler, par Lili Sztajn, je n’ai pas hésité, et je ne le regrette pas.

Je ne vais pas résumer cet ouvrage, ce serait impossible. Disons que je peux expliquer le principe : l’auteur a interviewé de nombreuses femmes, plus ou moins jeunes, de différentes origines, de niveaux sociaux différents. Bref, des femmes qui montrent la diversité de notre monde. Et elle leur a posé des questions : que porterait votre vagin ? A quoi sent-il ? Et elle les a laissé parler surtout de cet organe dont le nom a été tu pendant trop longtemps. Et il en a vu, parfois bien trop, parfois peut-être pas assez. Certaines vont dans des cours pour le découvrir, ce qui laisse place à des scènes hilarantes. Et d’autres nous racontent les cauchemars que leurs vagins ont vécu.

Lieu de plaisir, de rigolade et de douleurs ignobles, Eve Ensler dresse un portrait franc et nécessaire du vagin, cet organe dont le nom a longtemps écorché les bouches des hommes, mais aussi et surtout des femmes. Et on en apprend des choses ! La lumière est enfin mise sur le plaisir féminin, et ça fait du bien (sans mauvais jeu de mot !). Et sur ces choses qui étaient malheureusement trop tabous pendant longtemps, alors même que les femmes ont été très longtemps bien peu considérées.

C’est un tout petit ouvrage, petit mais essentiel. Lu en une petite heure seulement, il est bien écrit et efficace. Les courts témoignages présentés de façon attrayante et qui n’excèdent jamais quatre pages sont entrecoupés de définitions sur cet organe très particulier.

Que pourrais-je ajouter ? Je sèche tout à fait ! Car si j’en raconte trop sur un ouvrage de 100 pages, il ne restera pas grand chose à découvrir ! Je conclurai en disant simplement que c’est un livre important, essentiel, que toutes les femmes devraient un jour lire – et même les hommes pour comprendre un peu plus ce que les femmes peuvent ressentir. Je pense que voir ces monologues lus et interprétés sur scène doit être une expérience encore plus marquante, et je me précipiterai si la pièce se remonte à Paris.

Bref, un livre essentiel, à lire d’urgence !

Ma note : 5/5

Traduction de l’anglais : Lili Sztajn. Paru le 5 juin 2015.

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s