Danser les ombres de Laurent Gaudé

Par défaut

Laurent Gaudé, Danser les ombres, Actes Sud, Paris, 2015

danser les ombresDernier livre lu et chroniqué dans le cadre du Prix Relay des voyageurs 2015. Mais quelle sélection ! J’ai commencé ce roman il y a quelques semaines et je ne suis pas rentrée dedans. J’ai un peu attendu avant de le reprendre, et résultat j’ai bien fait ! Puisque je m’y suis mis il y a quelques jours et je l’ai très vite dévoré. Laurent Gaudé revient sur ce tremblement de terre qui a touché Haïti. Mais ce n’est pas que cela, comme vous l’imaginez. A la lecture de ce roman, j’ai découvert un pays, un peuple, des coutumes, et bien des choses encore !

Lucine vient de perdre sa soeur, et c’est cela qui la ramène à Port-au-Prince après un exil de 5 ans qu’elle s’est imposée pour aider sa soeur fragile et enceinte, celle-là même qu’elle vient de perdre. Elle doit annoncer cette perte à l’homme qui l’avait mise enceinte, espérant un peu d’argent pour aider à l’éducation de l’enfant. Mais son retour à Port-au-Prince signifie bien plus que cela pour elle : elle revit les intenses moments qu’elle y a passé, les manifestations pour faire tomber Aristide, ces moment de passion et d’espoir purs et fous. Elle comprend vite qu’elle ne retournera pas à Jacmel. Elle rencontre un jeune homme, Saul, le frère d’une de ses amies, morte durant ces manifestations étudiantes. A la recherche d’un asile, Saul lui trouve une chambre dans une ancienne maison close nommée Chez Fessou où des amis se réunissent, acceptant parmi eux toute personne voulant parler de politique. Ils jouent aux dominos et refont le monde : le vieux Tess, le facteur Sénèque, Boutra, Jasmin. Mélange hétéroclites d’hommes plus ou moins jeunes, mais tous fraternels, tous amoureux de la vie, qui en profitent à l’ombre des arbres chez Fessou. En une nuit, elle est des leurs. En une nuit, elle entrevoit un avenir. En une nuit, elle revit et respire à nouveau. En une nuit, Lucine est à nouveau vivante. Mais le lendemain, le sol tremble. Et le monde s’écrase sur eux. Les morts se mélangent aux vivants, les ombres sont partout. Comment ce peuple va parvenir à se relever ?

Ce récit est magique, il est magnifique. Pour deux raisons principales : l’histoire d’abord, la plume de l’auteur ensuite. Je vais revenir sur l’histoire, mais tout d’abord, je tiens à dire que Laurent Gaudé nous offre un court roman de 250 pages extrêmement bien écrit. A tel point que je me suis perdue dans un premier temps, puisqu’il mélange les faits qu’il raconte et décrit avec cette magie que nous, occidentaux, avons du mal à comprendre. Et si cela m’a déconcertée durant les trente premières pages, je m’y suis bien vite habituée ! Et même plus qu’habituée, puisque c’est ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman.

Et c’est par ce biais que j’en viens à l’histoire, et au fait principal de ce roman, à savoir ce tremblement de terre qui a ravagé Haïti. C’est là une histoire bien sombre à raconter, mais Laurent Gaudé y plonge des personnages fascinants, aux histoires personnelles profondément liées à Haïti et à son histoire. Les manifestation étudiantes contre Aristide, je l’ai déjà mentionné, mais des faits encore plus anciens, comme la colonisation française, d’autres dictateurs et d’autres formes de tortures, la relation du pays avec les Etats-Unis. Les personnages sont à la fois simples et riches, et l’auteur parvient dans un si court ouvrage à les étoffer en quelques petites phrases. Au fil du récit, nous comprenons de plus en plus de choses sur les personnages, comme un jeu de piste, ce qui maintient une forme subtile de suspens. Le tout bien sûr mêlé de magie et de croyances qui nous dépassent mais font finalement sens. Il faut attendre la fin du roman pour comprendre le choix du titre, j’ai trouvé cela très beau !

La force de ce roman, ce n’est pas de montrer l’horreur vécu par les haïtiens en ce jour fatidique de janvier, mais l’élan de fraternité et d’entraide qui en a émané. C’est souvent le cas, mais pour ce groupe d’amis déjà extrêmement soudé, ça n’en a que plus de force encore. Notre coeur se serre au fil des pages, quand nous comprenons qui est vivant et qui n’est plus qu’ombre… Mais comment faire reposer les morts alors que l’urgence sanitaire nécessite des enterrements en fosses communes, sans une reconnaissance préalable ? Comment se reconstruire sans savoir si celui qu’on aime est mort ou non ?

Un roman magnifique auréolé d’une atmosphère magique et transcendante. A lire !

Ma note : 4/5

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s