Le voyant de Jérôme Garcin

Par défaut

Jérôme Garcin, Le voyant, Gallimard, Paris, 2015

le voyantQue de surprises en lice pour le Prix Relay des voyageurs cette année ! Dire que j’ai mis un moment à me lancer dans ces lectures, quelle erreur ! Ce prix qui semble se positionner sous le thème du souvenir, de la mémoire et de destins particuliers, voit donc Le voyant de Jérôme Garcin en lice. Et bien, j’ai été captivé par le destin de cet homme extraordinaire, Jacques Lusseyran, et par la plume de Jérôme Garcin.

Cette biographie retrace l’histoire de cet homme exceptionnel qu’était Jacques Lusseyran. A l’âge de 8 ans, il perd la vue. Loin de l’enfermer dans un monde de noirceur et de désespoir, c’est cette perte qui va lui donner la lumière, une lumière intérieure bien plus forte que celle qu’il adorait observer de sa fenêtre. C’est bien cette force de caractère qu’il doit à sa cécité qui va guider sa vie. Après avoir perdu la vue, il apprend très vite le braille et retourne en classe avec ses camarades voyants. Cela ne l’empêche pas d’être un élève brillant. Mais la guerre éclate. Qu’à cela ne tienne, à 17 ans, il crée un mouvement de résistance au sein même de son lycée, dont la mission est la publication d’un petit journal clandestin. Très vite, il rejoint un groupe plus important, Défense de la France, mais se fait arrêter par la Gestapo en 1943 et se retrouve dans un camp de concentration, dans lequel il parvient à survivre, même s’il en sort affecté et affaibli. Il écrit ensuite, tente d’enseigner alors que sa cécité est un frein pour les administrations qui lui bloquent l’accès aux concours. Et la lumière fut, le livre qu’il écrit, est surtout connu aujourd’hui aux Etats-Unis, pays où il est parti enseigné. Trois femmes, trois enfants, une vie fulgurante. Une vie incroyable pour un non voyant qui voyait bien mieux que les voyants.

Oui, je vous en dis beaucoup sur l’histoire. Oui, la quatrième de couverture en raconte autant. Mais il est important de comprendre le destin même de cet homme avant de se lancer dans ce court ouvrage, car connaître les grandes lignes n’affectera pas le plaisir que vous aurez à découvrir le récit de cette vie sous la plume de Jérôme Garcin. Au contraire, même !

J’avoue, honteusement, que j’ai eu quelques réserves au début de cet ouvrage. Bien que la plume de Garcin m’entraînait malgré moi, j’avais bien du mal à comprendre comment il allait nous raconter l’histoire de cet homme… Car en effet, la première partie est une préface où l’auteur nous explique son incompréhension face à ce résistant négligé et oublié par le pays pour lequel il s’est battu, pour lequel il a résisté, pour lequel il a failli mourir. Alors même qu’il est connu aux Etats-Unis et que les droits de son oeuvre principale ont été achetés pour le cinéma ! Mais très vite, nous entrons dans l’enfance, l’adolescence et l’entrée brutale dans la vie d’adulte de Jacques Lusseyran. La force de l’auteur est de citer cet autre auteur dont il raconte le parcours. On ne s’ennuie pas et on sent la fidélité et le respect profond de Garcin pour Lusseyran. Sa force, encore, est d’avoir su écrire un ouvrage assez court qui ne tergiverse pas. On évite ainsi les longueurs, et on ne s’en porte pas plus mal !

L’auteur parvient ainsi à mettre à l’honneur un héros français oublié au travers d’une biographie attrayante qui se lit comme un roman. Les 200 pages de cet ouvrage se lisent à une rapidité déconcertante et nous permettent de nous interroger sur ce qui est important dans la vie, ce que signifie voir, sur nos préjugés sur les handicapés, sur cette sectorisation des différences qui empêcherait certaines personnes de faire une chose ou une autre, sur finalement cette supériorité des personnes non handicapés, dans une “normalité” toute relative. Car finalement, qui voit le mieux, de l’aveugle ou du voyant ?

Un ouvrage riche, donc, d’une grande force, sur un homme oublié des Français. A lire, donc. Pour se souvenir, ne pas oublier, mais pas que.

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s