Des vieux bouts de ficelles usés et pourris de Sébastien Coraboeuf

Par défaut

Sébastien Coraboeuf, Des vieux bouts de ficelles usés et pourris, Mon Petit Editeur, Collection Publibook, Paris, 2014

des vieux bouts de ficellesJ’ai mis du temps à écrire cette chronique. Pas parce que je ne savais pas quoi dire, mais parce que je ne savais pas comment le dire. Et parce que ce roman fait tellement écho au mal-être de la jeunesse actuelle. Alors oui, ce roman m’a touchée, et m’a mise parfois mal à l’aise. Parce que, pour une fois, moi, une femme, entrait dans la tête d’un jeune homme de mon âge et que je comprenais mieux avec quoi la majorité d’entre eux se débattait au quotidien. Et finalement, ça fait beaucoup de bien.

Corla est un jeune homme au milieu de la vingtaine qui vit une histoire d’amour avec la jolie Marie. Sauf que ce n’est pas si simple. Corla est un jeune homme qui doit travailler. Sauf que ce n’est pas si simple. Corla est un jeune homme qui finalement souhaiterait vivre au jour le jour. Sauf que ce n’est pas si simple. Corla est un jeune homme de notre époque, qui vit dans une époque qui n’est pas si simple. Où les jeunes sont confrontés au chômage, aux désillusion sur la vie de couple après les nombreux échecs de la génération de leurs parents, qui veulent construire quelque chose mais qui n’y parviennent pas. Corla enchaîne les missions en intérim qui ne lui plaisent pas, et auxquelles il ne parvient parfois même pas à se rendre, tellement le lit de son studio en banlieue de Paris est attrayant, et tellement la vie ne semble pas avoir grand chose à apporter. Alors il voit ses potes, souvent, boit des coups, souvent. Et il laisse partir sa copine, qui souhaite désormais s’installer en Corse, et après tous les déboires qu’ils ont vécus, le laisse devant un ultimatum : suis-moi et restons ensemble, reste et c’est fini. Alors il se cherche. Voit Hélène avec qui il a toujours une relation amicale des plus ambiguës. Et puis décide d’aller en Corse, pour voir. Voir si là-bas, ce n’est pas mieux. Si être avec Marie et au soleil n’est pas mieux qu’être à Paris avec ses missions pas très glorieuses en intérim.

Je pourrais facilement résumer le tout en disant qu’il s’agit ni plus ni moins de la vie, celle des jeunes d’aujourd’hui, qui ne savent plus comment faire des choix, qui ont souvent peur de faire les mauvais et restent dans l’expectative. Mais ce serait trop simple, et cela ne rendrait pas hommage à ce roman – bien des romans actuels pourraient être résumés ainsi. Ici, on a aussi droit à une jolie histoire d’amour, ou peut-être aux derniers jours d’une belle histoire d’amour, ce qui est peut-être d’autant plus beau. On assiste à de belles amitiés qui se sont forgés au fil des années, de la galère et des soirées arrosées. C’est cela qui m’a marquée : j’ai vu un peu de moi, un peu de mes potes et un peu de mes ex-copains dans ce roman. J’y ai vu plus que l’histoire d’un jeune homme perdu. Et si j’ai trouvé le début assez sombre, j’ai trouvé que la partie en Corse était pleine d’espoir.

Et puis, comme je l’annonçais au début de l’article, il y a surtout le fait que je suis une fille qui s’est pris quelques revers de la part de garçons – c’est simpliste, c’est fait exprès. Et qu’être dans la tête d’un garçon, pour une fois, permet de remettre bon nombre de choses en perspective. Quant au comportement de Marie, qu’on pourrait trouver extrême dans son ultimatum, est à la fois compréhensible quand on met bout à bout son histoire avec Corla, et à la fois complètement égoïste quand on songe à la position de Corla, qui devrait laisser tout son quotidien pour la suivre, alors qu’elle-même est perdue… Et même si dans notre quotidien, on fait souvent ce travail d’essayer de comprendre les actions de l’autre, on est tellement impliqué qu’on ne peut avoir un recul suffisant. Ici, c’est bien différent. On pourra trouver ce genre de remise en question de soi à la lecture d’autre romans, mais celui-ci m’a particulièrement touchée. Sûrement parce que le quotidien de Corla me rappelle celui d’un garçon que j’ai connu.

Pour résumer, que vous ayez l’âge de Corla ou pas, que vous soyez un homme ou une femme, ce roman vaut la peine d’être lu. Et en plus, c’est super bien écrit. Y’a plus qu’à !

Ma note : 4/5

Et si vous voulez l’acheter, vous pouvez le trouver par ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s