La Princesse des glaces de Camilla Läckberg

Par défaut

Camilla Läckberg, La Princesse des glaces, Actes Sud, collection Actes Noirs, Arles, 2008

la princesse des glacesDepuis des années maintenant, j’entends parler de Camilla Läckberg. Les couvertures noires de ces romans pour l’édition française ne passent pas inaperçues, c’est vrai. Mais jusqu’à présent, je ne m’étais pas encore laissée tenter. Et puis, un séjour dans la maison familiale, avec l’intégralité des romans de cet auteur parus en français, avec même le dernier opus récemment paru, La faiseuse d’ange, a titillé un peu plus ma curiosité et c’est avec délectation que je me suis lancée dans le premier volet des aventures d’Erica Falck. Et bien, mes amis, je ne le regrette pas !

Erica Falck séjourne dans la maison familiale après le décès abrupt de ces parents, afin d’en ranger le contenu et de faire le tri dans la paperasse. Auteur de biographies à succès, et pouvant travailler de n’importe quel endroit, là voilà dans son village d’enfance, Fjällbacka, pour une durée indéterminée. Et puis, un beau jour, elle découvre le corps de son amie d’enfance, la magnifique Alexandra Wijkner, dans un bain de glace dans sa demeure. Suicide, ou ? Prise malgré elle dans cette enquête où le suicide semble bien peu probable, avec une tendance toute naturelle pour un auteur à vouloir en savoir plus, surtout quand elle se sent très directement concernée par l’affaire bien que n’ayant eu bien peu de contact avec Alexandra durant les 25 dernières années, elle va chercher à comprendre ce qui s’est passé dans cette maison, découvrir les multiples secrets vieux d’une vingtaine d’années qui expliqueraient bien des choses pour Erica, avec le soutien de l’inspecteur Patrik Hedström qui voit bien plus dans cette histoire qu’un meurtre passionnel.

Soyons clairs dès le départ : ce n’est pas glauque, c’est surtout une histoire de découverte de secrets, ce n’est jamais violent, stressant et consorts. Auquel cas, je n’aurais pas autant apprécié ce polar ! Pour moi, le gros plus de ce roman est que l’auteur allie l’intrigue principale avec des intrigues secondaires, bien plus ordinaires, sur chacun des personnages qui deviendront très certainement récurrents dans les autres tomes. Ainsi, la succession de la maison des parents d’Erica prend une place assez importante, ses liens avec sa soeur Anna et son beau-frère Lucas qui l’insupporte (et on comprend bien vite pourquoi), ses histoires d’amour et l’idylle qu’on sent venir bien vite entre elle et Patrik, des histoires secondaires dans l’intrigue même. Les caractères de ces personnages de ces petites villes de province, Fjällbacka et ses alentours, sont très bien tracés. Les collègues de Patrik sont notamment développés, particulièrement le commissaire Mellberg, personnage puant s’il en est. Tout ceci permet une atmosphère particulière, étoffe énormément le roman et ne l’en rend que plus convaincant.

Mais ne croyez pas pour autant que l’intrigue policière est bâclée, loin de là. Tout tient très bien la route, c’est réaliste, ce n’est pas tiré par les cheveux et tous les éléments s’imbriquent les uns dans les autres au fil et à mesure du déroulé du roman. On est frustré quand Erica ou Patrik découvrent quelque chose qu’ils ne nous livrent pas tout de suite. Camilla Läckberg manie extrêmement bien le suspens.

L’ambiance suédoise tout à fait particulière, avec ce froid glacial qui s’insinue partout, ces paysages glacés, est très bien rendue. Tout ceci m’a donné envie de découvrir ce pays, en ne m’arrêtant pas juste sur Stockholm.

Pour moi, ce premier tome des aventures d’Erica Falck, dont le trait “d’enquêtrice amateur” n’est pas forcé et s’insère très bien dans sa vie de romancière, est une parfaite réussite et me donne envie de me lance dans la suite de ses péripéties.

Petit bémol cependant : des phrases pas françaises, sans sens, mal traduites, des mots manquants, quelques fautes d’orthographe… Je pensais qu’Actes Sud était une maison d’édition de grande qualité et me voilà légèrement déçue. Surtout au vu du prix des ouvrages ! Espérons que la réédition du roman et son édition en poche auront vu ces erreurs corrigées, et absentes des prochains tomes !

Une très bonne lecture en définitive, à dévorer autant en hiver sous sa couette près d’un bon feu de cheminée, qu’à la plage en plein soleil !

Ma note : 4/5

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: La Reine de la Baltique de Viveca Sten | Brèves littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s