Le mystère Sherlock de J.M. Erre

Par défaut

J.M. Erre, Le mystère Sherlock, Buchet Chastel / Pocket, Paris, 2012 / 2013

le mystère sherlockVous voulez rire un bon coup ? Vous n’avez pas peur d’exploser de rire dans les transports en commun et passer pour un fou ? Alors, lisez d’urgence Le Mystère Sherlock, je n’ai jamais autant ri à la lecture d’un roman !

Sachez que l’histoire, déjà, est assez atypique… L’intrigue se passe en Suisse. Dans l’hôtel Baker Street, nommé ainsi en l’honneur de Sherlock Holmes, situé près des chutes où aurait trouvé la mort Moriarty, l’ennemi juré du célèbre détective, un rassemblement atypique d’érudits s’y réunit pour une occasion bien particulière… Va s’ouvrir à la Sorbonne la première chaire d’Holméséologie, c’est-à-dire de spécialistes de Holmes, qui aurait réellement vécu… Le but étant maintenant de le prouver ! Le professeur Bobo, qui perd la mémoire, est chargé de nommer le professeur qui accédera à la chaire tant convoitée… Quand on sait que ces personnages se détestent et sont prêts à tout pour arriver à leurs fins, imaginez l’ambiance dans l’hôtel ! Une jeune femme décide d’enquêter sur cet étrange rassemblement, et se rend incognito dans cet hôtel. Et tout se détraque quand l’hôtel est bloqué par la neige, en plein mois de mai… Les voilà en huis clos, sans savoir quand ils seront délivrés ! Or, quand ils le sont, au début du roman, ils sont tous retrouvés morts…  C’est à travers les notes de notre journaliste incognito et quelques papiers et lettres de ces “holmésiens” que l’histoire va être reconstituée.

Un huis clos qui ferait presque penser aux Dix Petits Nègres d’Agatha Christie… Quelle hérésie, quand on sait que Poirot est décrié par nos personnages loufoques qui le considèrent bien moins perspicaces que leur cher Sherlock ! Ils tombent un à un, de manière comique, et personne n’est épargné par les soupçons…

C’est d’une drôlerie extrême. J.M. Erre manie la plume de manière magistrale et dépeint ce rassemblement atypique avec un humour qui enchante le lecteur. Le sérieux se mêle à l’humour, les personnages sont dépeints avec une drôlerie incroyable, on ne s’ennuie à aucun moment ! Tout est sujet à moquerie et humour très anglais, avec cette autodérision propre aux plus grands auteurs.

C’est presque l’âme humaine qui est à l’honneur ici, et J.M. Erre dépeint nos plus grands travers, nos plus grands défauts, de notre confiance, notre ambition, à nos plus grandes peurs. Très fort également : l’intrigue extrêmement bien ficelée : ne croyez pas qu’il s’agit uniquement d’un roman comique, il s’agit aussi d’une enquête, d’un “roman noir”, où on cherche à comprendre lequel de ces personnages loufoques a bien pu trucider ses congénères… Et quand on est avec des amateurs d’Holmes, on imagine facilement que tout indice est propice à des situations pour le moins particulières… Qui aurait si peu confiance en lui pour tuer ses confrères afin d’accéder à la chaire d’holmeséologie ? A moins qu’il n’y ait un autre mobile derrière cette série de décès…

On imagine bien qu’avec un huis clos, J.M. Erre se régale de toutes les petites choses qui entourent nos protagonistes, de tous leurs petits défauts.

On rit, on enquête, on explose de rire à nouveau, bref, c’est juste un petit bijou, un roman jouissif, qui devrait régaler tous les fans d’Holmes et de romans policiers, mais pas que : tous ceux également qui veulent rire, se moquer de la nature humaine, tous ceux qui aiment lire en définitive. Ne pas le lire, ce serait comme passer à côté d’un super film comique, à l’image des Bronzés, et se dire : “non, je n’ai pas envie de me détendre et de rire un bon coup”. Bref, une aberration !

Lisez ce livre de toute urgence, vous me remercierez, j’en mets ma main à couper ! C’est juste jouissif !

Ma note : 5/5

 

Publicités

"

  1. Il est dans ma PAL depuis plus d’un an. Je l’avais commencé et vite abandonné. J’avais eu du mal à rentrer dans l’histoire, je la trouvais trop longue et un peu ennuyeuse ….En lisant ton commentaire, j’ai envie de m’y remettre. Il fera parti de mes livres à lire pendant les vacances…Merci

  2. J’avais personnellement trouvé quelques passages un peu « lourds » mais qu’est-ce que j’avais ri quand même ! Et le meilleur, c’est que même plusieurs mois après, je peux ouvrir le livre à n’importe quelle page, relire un mini-extrait et de nouveau exploser de rire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s