Le ciel nous appartient de Brendan I. Koerner

Par défaut

Brendan I. Koerner, Le ciel nous appartient, Le Livre de Poche Editions, Paris, 2014

le ciel nous appartientLe ciel nous appartient revient sur des faits réels qui se sont passés dans les années 70 aux Etats-Unis. Aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui – et encore que – l’auteur nous présente ici une vraie pandémie qui a fait rage outre Atlantique. Car les détournements d’avions faisaient rage, les pirates de l’air dénonçant une Amérique bien loin des idéaux de la période Peace and Love : guerre du Vietnam, chasse aux communistes, rejet de Cuba. Parfois les motifs en étaient plus personnels, mais il reste que les pirates se réfugiaient la plupart du temps à Cuba, où ils espéraient être accueillis par Fidel Castro en personne. A l’époque, pas de fouille à l’embarquement, aucun contrôle de bagages ou de passage aux rayons X ; les accompagnateurs pouvaient rester avec les voyageurs jusqu’à la montée dans l’avion. Il était dès lors assez facile d’emporter armes, bombes et autres lors d’un vol intérieur.

En parallèle de cette histoire et d’une vue synthétique sur les détournements les plus emblématiques de la période, Brian I. Koerner s’attache surtout à l’histoire d’un couple en particulier, ayant accompli un des plus grands détournements d’avions des Etats-Unis. Roger Holder, homme noir ayant connu la guerre du Vietnam, et son lot de traumatismes, a des idéaux assez radicaux, qui le rapprocheront des Black Panthers, ses activistes en faveurs des droits des noirs. Un peu allumé mais doté d’une intelligence assez incroyable, il cherchera assez vite à faire quelque chose pour montrer son désaccord avec le système sociétal américain. D’un autre côté, Cathy Kerkow est une jeune fille du Midwest, très belle, en quête d’indépendance et assez frivole. Elle rencontre Roger à San Diego. Epris très rapidement l’un de l’autre, il va l’inclure dans ses projets fous. Ensemble, ils vont détourner un Boeing 727. Cette folie les mènera à la rencontre du président algérien, dans les cercles de la Nouvelle Vague à Paris. Une folle épopée de deux pirates de l’air que les Etats-Unis chercheront à récupérer et à juger avec acharnement…

Oui, il s’agit d’une histoire vraie. Incroyable, n’est-ce pas ? On a l’enfance difficile de l’un, la frivolité de l’autre, l’histoire d’amour, les revendications, la période Peace and Love emblématique des USA. On a l’action, le détournement, les aventures incroyables des deux amants. On y trouve le FBI, les compagnies d’aviation américaines, les grands politiciens de l’époque – Nixon, Fidel Castro, Boumédiène, Giscard d’Estaing et Mitterrand. On se croirait dans un roman d’aventure sur fonds politique et judiciaire. Difficile de se dire que cette histoire a réellement eu lieu il y a de ça quatre décennies seulement.

Si l’auteur parvient à rendre l’aventure de Holder et Kerkow épique et romanesque dans son écriture et sa présentation des faits, les chapitres nous narrant la situation “aérienne” de la décennie, avec ces multiples détournements, et une explication, certes synthétique, de ces derniers, restent très factuels. On est ici dans le document et l’essai, ce qui s’explique par la complexité des faits narrés. Mais je ne sais pas si l’abondance de détails de cette myriade de détournements était nécessaire à la compréhension du détournement de Holder et Kerkow, qui reste tout de même l’élément central de ce livre. Oui, c’est intéressant, on ne peut le nier, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à cela à l’ouverture de cet ouvrage, et qu eje my suis un peu ennuyée.

Il n’en reste pas moins que ce qui est raconté ici est tout à fait extraordinaire. Le travail de recherche de l’auteur est édifiant, et les chapitres concernant réellement les deux amants très bien narrés, s’apparentant à un roman très recherché. Pour moi, ce livre devient vraiment passionnant au moment où le détournement de Kerkow et Holder commence. On est ensuite happé par les événements.

Le ciel nous appartient est un ouvrage vraiment intéressant, nous montrant les relations internationales de l’époque, la manière de traiter ces actes terroristes, la mise en place des contrôles dans les aéroports – jusqu’aux contrôles drastiques que nous connaissons aujourd’hui. J’ai apprécié que rien ne soit dit sur le 11 septembre, ça n’aurait été qu’une manière d’ajouter du pathos en fin d’ouvrage, vraiment pas nécessaire pour capter l’ambiance d’une époque.

En définitive, un ouvrage très intéressant.

Ma note : 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s