Nos étoiles contraires de John Green

Par défaut

John Green, Nos étoiles contraires, Nathan, Paris, 2012.

nos etoiles contrairesEst-il encore nécessaire de présenter ce roman ? Pour le coup, je n’en ferai pas des tonnes car tout a été dit sur le blogosphère !

Pour ceux qui ont vécu dans un grotte et qui ne connaîtraient pas l’histoire, je ne ferai pas l’affront de simplifier le récit en expliquant que c’est “l’histoire de deux adolescents qui ont le cancer et qui deviennent amis et plus si affinité.” En effet, ça traite du cancer. Et c’est exact, c’est bien l’histoire de deux adolescents. Mais c’est bien plus que ça ! Hazel est une jeune fille de 16 ans qui est atteinte d’un cancer qui ne pourra jamais être complètement guéri. Elle ne peut respirer sans assistance et doit trainer derrière elle un respirateur. Elle est très avancée dans ses études : ayant été retirée de l’école très tôt, elle a pris beaucoup d’avance et suit régulièrement des cours à l’université. Malheureusement, elle a peu d’amis : la vie a fait que ceux qu’elle avait avant sa maladie se sont éloignés et qu’elle n’a pas eu le courage de s’en faire d’autre. A quoi servirait de faire souffrir des personnes supplémentaires le jour où elle ne sera plus là ? Sa mère, inquiète comme toutes les mamans, la pousse à se rendre à des réunions de soutien avec d’autres jeunes atteints de cette maladie, afin de partager souffrances et petites victoires. Un jour, un garçon y vient et se met à la fixer. Il vient en soutien à son ami Isaac, atteint d’un cancer des yeux, qui va perdre la vue, afin d’être en rémission complète. Bon, j’avoue, à lire mon résumé jusque là, on se dit : “Mais qu’est-ce que ça a l’air triste !”. Oui, bon, d’accord, ce n’est pas très avenant dit comme cela… Mais ce n’est pas larmoyant ! Et l’histoire d’amitié puis d’amour entre Hazel et Augustus, lui aussi en rémission d’un cancer, qui va naître petit à petit, donne à ce livre une résonance magnifique.

C’est très beau, écrit sur un ton très juste, vibrant. Ce n’est jamais exacerbé, et Hazel est extrêmement touchante.

Cette histoire est racontée à la première personne du singulier, nous suivons donc cette jeune fille qui s’isole de peur de faire souffrir ceux qui se prendraient d’affection pour elle.Et c’est autour d’un roman, du partage de cette lecture par nos deux protagonistes principaux et du désir d’en rencontrer l’auteur, afin de comprendre une fin plus qu’étonnante, qu’ils vont se rapprocher.

On comprend énormément de choses sur ces jeunes malades qui n’en deviennent pas forcément différents des autres, mais qui grandissent bien plus vite, confrontés à des souffrances, des pertes et la conscience de leur prochaine disparition. Parce que dans ce roman, ce n’est pas l’injustice de la maladie qui est mise en exergue, ni le combat des malades, mais c’est un roman sur la vie, sur comment vivre malgré tout, vivre toujours plus. Et c’est bien l’espoir qui transpire de ce beau roman, un hymne à la vie.

Le cancer est un personnage à part entière, mais non un ennemi des protagonistes, plus un colocataire néfaste malgré lui, avec qui ils sont obligés de cohabiter.

Ce roman, catégorisé jeunes adultes, peut-être à cause de l’âge des héros, ou bien encore d’une écriture très belle, simple et accessible à un public jeune, s’adresse à tous les publics. Cette leçon de vie devrait être lue par tout le monde, le courage qu’on prête à ces jeunes est bien peu perceptible pour eux car ils restent des êtres qui souffrent, qui ont peur et qui continuent à vivre et à se battre car ils n’ont pas le choix.

On sourit, on pleure, on soupire, on s’énerve, on s’émeut. Et quand on referme Nos étoiles contraires, on voit la vie autrement. Et si, finalement, notre vie n’était pas si pourrie et qu’on essayait d’en profiter un maximum ?

Un grand merci à John Green pour ce roman incroyable.

Ma note : 5/5

Le film adapté du roman devrait sortir sur nos écrans à l’été 2014. Je suis peu convaincue par le casting mais je lui laisserai une chance. Cependant, je ne vous conseillerai qu’une chose : lisez le livre avant !

Voici la bande annonce, que je vous déconseille si vous n’avez pas lu le livre… Elle en dévoile un peu trop à mon goût ! Vous êtes prévenus…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s