Touriste de Julien Blanc-Gras

Par défaut

Julien Blanc-Gras, Touriste, Au Diable Vauvert / Le Livre de Poche, Paris, 2011/2013.

touristeJ’ai découvert Julien Blanc-Gras à travers un texte publié dans le recueil Putain d’Amour. Cette histoire bien particulière qu’il relate, il nous a avoué lors du lancement du recueil à la librairie la Griffe Noire qu’elle lui était bien arrivée. Là, je me suis dit, waou, ce mec a une vie incroyable… Et je me suis donc précipitée sur Touriste, d’où est tirée la nouvelle parue dans Putain d’Amour. Et bien, si vous vous lancez dans cette lecture, vous ne le regretterez pas !

Ce livre condense de nombreux récits de voyages vécus par l’auteur. Chaque chapitre se consacre à une de ses pérégrinations dans un pays, avec des interludes dans des aéroports, à Paris et autres. On le suit en Angleterre, où il va travailler à la dure dans le nord du pays, en Colombie où il visite des coins plutôt dangereux, en Inde et au Népal, au Maroc où il effectue une belle randonnée dans le désert, en Polynésie, au Brésil, en Chine, où il ne parvient pas à rejoindre le Tibet, au Guatemala où il lui arrive une drôle d’aventure, au Proche-Orient où la situation est bien plus compliquée qu’on ne le pensait, à Madagascar, et enfin au Mozambique où il part à la conquête du paysage. Une belle épopée !

Il serait bien difficile pour moi de résumer cet ouvrage, foisonnant de détails et d’impressions. Alors je vais faire ce que je ne fais pas d’habitude, mais qui sera bien plus respectueux pour le travail de l’auteur : transcrire la quatrième de couverture écrite par Julien Blanc-Gras :

“ Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d’art, je compte en faire un long voyage. Je n’ai pas l’intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir des sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d’être futile. De s’adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire.”

La voilà, la grande force de ce roman : l’auteur nous présente de manière simple ses voyages, ses découvertes, ses impressions. Journaliste, il réussit à nous transmettre une atmosphère, et réussit à nous faire voyager avec lui : on est à ses côtés dans l’avion, quand il bivouaque dans le Mozambique, chez ses gens merveilleux au Népal.

Et avec son écriture fluide, il lance de nombreuses piques de drôleries, qui nous font sourire seuls, bêtement dans le métro. Il profite de ses voyages et ne cherche pas à faire plus, à analyser, à disséquer ses rencontres, les situations politiques, économiques et sociales. Et nous aussi, nous sommes touristes avec lui. Nous profitons, juste ! Et on sent le soleil sur notre peau…

Avec tout cela, on rit, on voyage, on se cultive. Julien Blanc-Gras est précis, drôle, il nous passionne pour tout ce qu’il vit et voit. Il attise notre curiosité. Il nous apprend à voir, juste à apprécier les différents moments de la vie, ce qu’on voit. Lui, son truc, c’est le voyage, découvrir tout le temps un nouveau pays. Et tout ceci est merveilleux : il nous apprend à rester simple et à apprécier ce qui nous entoure.

Voilà, grâce à Monsieur Blanc-Gras, j’ai l’impression que ma vie est insipide, et j’ai une envie de voyager qui me bouffe de l’intérieur. Comme il faut savoir prendre son mal en patience, je pense que je vais me procurer ses autres écrits !

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s