Crime Academy – Les Enquêtes de l’Inspecteur Higgins de Christian Jack

Par défaut

Christian Jack, Crime Academy – Les Enquêtes du l’Inspecteur Higgins, J Editions, Paris, 2012.

crime academyJe connaissais Christian Jacq pour ses romans et écrits sur l’Egypte et l’égyptologie. Je ne l’attendais pas dans le registre du policier. Et bien, je me suis plutôt amusée à la lecture de ce tome des Enquêtes de l’Inspecteur Higgins, bien que ce ne soit pas le premier écrit par l’auteur.

Le concept de cette enquête est plutôt original – et ma foi, on peut se demander si un jour on n’en arrivera pas là. Une nouvelle émission va bientôt voir le jour sur les écrans de télévision anglais : Crime Academy. Le concept : sept assassins qui auraient commis le crime parfait sont invités à venir décrire leur forfait. Celui qui sera consacré par le public pour avoir commis le plus exceptionnel des crimes gagnera le jackpot, ainsi qu’une adaptation cinématographique de son forfait. Une flopée d’avocats encadrera les assassins, et si la prescription n’a pas cours en Grande Bretagne, les décennies qui séparent les meurtriers de leurs crimes les rendront bien difficile à être punis. Scotland Yard est sur les dents. Comment empêcher une telle abomination d’être diffusée ? Le superintendant Scott Marlow est dépassé. Il décide de faire appel à l’ex-inspecteur chef Higgins. Ce dernier s’est en effet retiré de la police et mène une existence tranquille dans la campagne anglaise. Mais à l’occasion, il aide Marlow dans ses enquêtes. Il pressent que celle-ci sera plus ardue qu’il n’y paraît… Et tout commence avec ce présentateur télé vedette, Cecil Cadeno, très suffisant et énervant au possible, sûr du succès de son emission et de sa diffusion. Mais que cache cette émission ? Qui sont ces présumés assassins ? Ont-ils réellement commis le crime dont ils s’accusent et ont-ils des liens entre eux ?

Très bon concept de Christian Jacq qui a déjà fait ses preuves : Angleterre, un enquêteur sympathique mais dont on ne sait que peu de choses, enquêtes à l’ancienne, sans police scientifique et autres, notes prises dans des carnets, et un final regroupant tous les suspects pour la révélation du coupable. Si ça ne fait pas penser aux classiques anglais, Agatha Christie et Sir Conan Doyle… Mais jusque là, je suis partante ! C’est plutôt agréable de se retrouver dans cette ambiance bien particulière, et la révélation finale est toujours un grand moment, où toutes les pièces du puzzle s’assemblent à la perfection.

L’idée de Crime Academy est vraiment bonne, elle marque profondément le mal de notre époque, ce prêt à tout pour la célébrité et l’argent. La morale est toujours reléguée au second plan, et c’est bien le plus inquiétant. C’est à se demander si ce concept ne pourrait pas voir le jour sur nos écrans, peut-être dans une autre forme, m’enfin… Là est la grande force de ce roman policier.

Christian Jacq propose un roman bien écrit, très simplement. Les arcanes du roman policier sont là. La trame narrative se base sur les entretiens d’Higgins avec les différents suspects. On cherche à faire des liens en même temps qu’Higgins. Mais pour tout avouer, il m’a manqué quelque chose, un grain de sable dans les rouages parfaitement huilés de ce policier. J’ai trouvé l’enquête rapide, l’enchaînement des entretiens deviennent un peu routinier, j’en suis arrivée presque à m’embêter un peu. Cette rapidité a finalement nui au roman, dans le sens où je ne me suis pas imprégnée d’une ambiance, cette ambiance particulière qu’on trouve dans les romans d’Agatha Christie. Je ne me suis pas fondue dans cette atmosphère si caractéristique qui fait la plue valus de ce type d’enquêtes traditionnelles. Ça manque de “fondu” à mon sens, les chapitres sont courts, et s’enchaînent de manière un peu abruptes.

D’un autre côté, ce roman est efficace, et l’inspecteur Higgins est plaisant. C’est rapidement lu, on va à l’essentiel. et la fin reste plutôt étonnante et bien ficelée. L’auteur nous permet tout au long du roman de faire les mêmes liens qu’Higgins, et on commence petit à petit à comprendre de quoi il retourne… Mais pour ma part, c’est bien Higgins qui m’a donnée les clés pour comprendre le fin mot de l’histoire.

Pour résumer, un roman policier sympathique, mais qui ne m’a pas captivée comme je l’avais espéré. Cependant, je laisserai une nouvelle chance aux enquêtes de l’inspecteur Higgins !

Ma note : 3/5

Merci à Babelio et à J Editions pour m’avoir fait découvrir ce roman au travers de l’opération Masse Critique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s